By continuing your visit to this site , you accept the use of cookies to provide content and services best suited to your interests.

AGALOM GALERIE D'ART PRIMITIF ART PREMIER AFRICAIN

Art Gallery the Eye and the Hand

Important persons


Marcel Griaule (Aisy-sur-Armançon, Yonne, 1898 - Paris, 1956) is a french ethnologist.


After having passed several months in Abyssinia (1928 - 1929), he organised the crossing of Africa from west to east: it's the  Dakar-Djibouti mission from  1931 to 1933 with Michel Leiris, André Schaeffner and other ethnologists, marking in the same time the start of the field ethnology. During this expedition, he studied the Dogon group, on which he consacred the majority of his researches.

Very linked to the dogon culture, he contributed to the development of the region by promoting the construction of an irrigation boom for the culture of onion and pepper in the region of Sangha. 

One of his main contribution (related to ethnology) is having proved that the dogon cosmogony is at least as important as the western ones. However, he'll be very criticized for having under-estimate the western influence in the dogon astronomical knowledge. He has been one of the rare ethnologists to get traditional african funerals.

In 1941, he stood in for his former amharique professor Marcel Cohen, unauthorised to teach because of the anti-Semitic laws, at the INLCOV (School of the Eastern Languages).
From 1943 to his death, he's professor at la Sorbonne (first chair of ethnology). He's also advisor of the French Union. From 1940, he was the general secretary of the Africanists Society.

He has worked, among others, with Germaine Dieterlen and his daughter Geneviève Calame-Griaule.

Writings

    * Les Flambeurs d'hommes (1936)
    * Masques dogons (1938). 4e édition 1994, réimprimée en 2004. Publications Scientifiques du Muséum national d'Histoire naturelle. 890 p. + XXXII. (ISBN 2-85653-569-0)
    * Jeux dogons (1938)
    * Les Sao légendaires (Gallimard 1943)
    * Dieu d'eau (entretiens avec Ogotemmeli, ouvrage qui révèle les structures de la pensée sacrée dogon) (1948)
    * Méthode de l'Ethnographie (1957)
    * Renard pâle, ethnologie des Dogons, Institut d'Ethnologie, 1965/1991 (en collaboration avec Germaine Dieterlen).

Bibliography

    * (en) Walter E. A. van Beek, « Dogon Restudied: A Field Evaluation of the Work of Marcel Griaule », Current Anthropology, n° 32 (1991), p. 139-167
    * (fr) Isabelle Fiemeyer, Marcel Griaule, citoyen dogon, Actes Sud, 2004, 166 p. (ISBN 2742748059)

 

african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com








Julien Michel Leiris (April 20, 1901 in Paris – September 30, 1990 in Saint-Hilaire, Essonne) was a Frenchsurrealistwriter and ethnographer.

Biography

Michel Leiris obtained his baccalauréat in philosophy in 1918 and after a brief attempt at studying chemistry, he developed a strong interest in jazz and poetry. Between 1921 and 1924, Leiris met a number of important figures such as Max Jacob, Georges Henri Rivière, Jean Dubuffet, Robert Despos, Georges Bataille and the artist André Masson, who soon became his mentor. Through Masson, Leiris became a member of the Surrealistmovement, contributed to La Révolution surréaliste, published Simulacre(1925), and Le Point Cardinal (1927), and wrote a surrealist novel Aurora(1927-28; first published in 1946). In 1926, he married Louise Godon, the step-daughter of Picasso's dealer Daniel-Henry Kahnweiler and traveled to Egypt and Greece.

Following a fall out with André Breton in 1929, he joined Bataille’s team as a sub-editor for Documents, to which he also regularly contributed articles such as “Notes on Two Microcosmic Figures of the 14th and 15th Centuries” (1929, issue 1), “In Connection with the ‘Musée des Sorciers" (1929, issue 2), "Civilisation" (1929, issue 4), “The ‘Caput Mortuum’ or the Alchemist’s Wife” (1930, issue 8), and on artists such as Giacometti,Miró, Picasso, and the 16th Century painter, Antoine Caron. He also wrote an article on “The Ethnographer’s Eye (concerning the Dakar-Djibouti mission)” before setting off in 1930 as the secretary-archivist in Marcel Griaule's ambitious ethnographic expedition. From this experience, Leiris published his first important book in 1934, L’Afrique fantôme, combining both an ethnographic study and an autobiographical project, which broke with the traditional ethnographic writing style of Griaule. Upon his return, he started his practice as an ethnographer at the Musée de l'Homme, a position he kept until 1971.

In 1937, Leiris teamed up with Bataille and Roger Caillois to found the Collège de sociologie in response to the current international situation. Increasingly involved in politics, he took part in an important mission to the Ivory Coast in 1945, whose report led to the suppression of slavery in French colonies. As a member of Jean-Paul Sartre's editorial committee for Les Temps modernes, Leiris was involved in a series of political struggles, including the Algerian War, and was one of the first to sign the Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie, the 1960 manifesto supporting the fight against the colonial powers in Algeria.

In 1961, Leiris was made head of research in ethnography at the C.N.R.S. (Centre national de la recherche scientifique) and published numerous critical texts on artists he admired, including Francis Bacon, with whom he had become close friends. Considered a leading figure in 20th century French literature, Michel Leiris left a considerable amount of works, as diverse as they are numerous, from autobiographical works such as L’Age d’homme (1939), La Règle du jeu(1948-1976) and his Journal 1922-1989 (published postmortem in 1992); art criticism such as Au verso des images (1980) or Francis Bacon face et profil (1983); music criticism such as Operratiques (1992 ); and scientific contributions such as La Langue secrète des Dogons de Saga(1948) and Race et civilisation (1951). (His fields of interest in anthropology ranged from bullfighting to possessionin Gondar, Ethiopia.)

With Jean Jamin, Leiris founded Gradhiva, a journal of anthropology in 1986. The journal is now the journal of anthropology and museology of the Musée du quai Branly (Paris, France).

Leiris was also a talented poet, and poetry was important in his approach to the world. In the preface to *Haut Mal, suivi de Autres Lancers (Gallimard 1969) he is quoted as saying that "the practice of poetry enables us to posit the Other as an equal" and that poetic inspiration is, "a very rare thing, a fleeting gift from Heaven, to which the poet needs to be, at the price of an absolute purity, receptive - and to pay with his unhappiness for the benefits derived from this blessing."

Works include

  • Simulacre (1925)
  • Le Point Cardinal (1927)
  • Aurora (1927-28)
  • L’Âge d’homme (1939)
  • Haut Mal (poems) (1943) / reprinted as Haut Mal, suivi de Autres Lancers (1969)
  • La Langue secrète des Dogons de Saga (1948)
  • Race et civilisation (1951)
  • La Possession et ses aspects théatraux chez les Éthiopiens du Gondar (1958)
  • Brisées (1966)
  • Au verso des images (1980)
  • Francis Bacon face et profil (1983)
  • Operratiques (1992 )
  • La Règle du jeu (1948-1976)
  • Journal 1922-1989 (published in 1992)

 


african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com












african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com



Germaine Dieterlen (1903-1999) was a French anthropologist. She was a student of Marcel Mauss and wrote on a large range of ethnographictopics and made pioneering contributions to the study of myths, initiations, techniques (particularly "descriptive ethnography"), graphic systems, objects, classifications, ritual and social structure.

She is most noted for her work among the Dogon and the Bambaraof Mali, having lived with them for over twenty years, often in collaboration with noted French anthropologist Marcel Griaule (1898-1956).

Themes

Some of the main themes in her work concentrate on the notions of sacred kingship, the position of the first born, relationships between maternal uncles and nephews, division of labor, marriage, and the status of the rainmaker in Dogon society. Because each episode of the rite is enacted only once every sixty years, Dieterlen's documentation of the sigui cycle allowed the Dogon themselves to see and interpret the entire sequence of rites which they had heretofore only observed in part.

Researches

 

Dieterlen began her ethnographic research in Bandiagara, Mali in 1941. Perhaps most controversially, Dieterlen was criticized by her peers for her publications with Griaule on Dogon astronomy, which professed an ancient knowledge of the existence of a dwarf white star,Sirius Balso called the Dog Star, invisible to the naked eye. This ancient indigenous knowledge (the Nommo) and the supposition that extraterrestrials might have been in contact with the Dogon was popularized by Robert K. G. Temple in his book The Sirius Mystery (1976) and Tom RobbinsHalf Asleep in Frog Pajamas (1995). Dutch anthropologist W.E.A. van Beek, who spent seven years with the Dogon, seriously critiqued the research methods of Griaule and Dieterlen, suggesting, based on a conceived scenario presented by Brecher and Sagan, that they relied heavily on one primary informant who may have been influenced by the teachings of a Jesuit missionary who may have lived in the region prior to their arrival (Dogon Restudied [1991]). He accuses Griaule of misinterpreting and influencing results. However, daughter and colleague of Marcel Griaule, Genevieve Calame-Griaule, came to defend the project, dismissing van Beek's criticism as misguided speculation and being rooted in an apparent ignorance of esoteric tradition. In addition, skeptic and space journalist, James Oberg in his investigation of the Dogon mystery, found no substantial evidence that would indicate outside influence, and sees such proposed scenarios as being "entirely circumstantial"

Academic career

 

Dieterlen also served as a Director of Studies at Ecole Pratique des Hautes Etudes at the Sorbonne in Paris, a founding member of the Centre Nationale de la Recherche Scientifique(CNRS], and a President of the Committee on Ethnographic Film (founded by Jean Rouch). An "hommage" collection published in 1978 (Systèmes de signes: Textes réunis en hommage à Germaine Dieterlen) included essays by Meyer Fortes and Claude Lévi-Strauss. Dieterlen also worked with noted ethnographic filmmakerJean Rouch. Mary Douglas also reviewed the contributions made by Dieterlen to French anthropology in Dogon Culture - Profane and Arcane(1968) and If the Dogon . . . (1975).




african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com

 




Jean Rouch (31 May1917 - 18 February2004) was a French filmmaker and anthropologist.

He began his long association with African subjects in 1941 after working as civil engineer supervising a construction project in Niger. However, shortly afterwards he returned to France to participate in the Resistance. After the war, he did a brief stint as a journalist with Agence France-Presse before returning to Africa where he become an influential anthropologist and sometimes controversial filmmaker.

He is considered as one the pioneers of Nouvelle Vague, of visual anthropology and the father of ethnofiction. Rouch's films mostly belonged to the cinéma vérité school – a term that Edgar Morinused in a 1960 France-Observateur article referring to Dziga Vertov's Kinopravda. His best known film, one of the central works of the Nouvelle Vague, is Chronique d'un été (1961) which he filmed with sociologist Edgar Morin and in which he portrays the social life of contemporary France. Throughout his career, he used his camera to report on life in Africa. Over the course of five decades, he made almost 120 films.

He died in an automobile accident in February 2004, some 16 kilometres from the town of Birnin N'Konni in central Niger.

Main films

  • 1954: Les Maîtres Fous (The Mad Masters)
  • 1955: Les Fils de l'eau
  • 1957: Jaguar
  • 1958: Moi, un noir
  • 1959: La pyramide humaine
  • 1961: Chronique d'un été (Chronicle of a Summer)
  • 1965: La chasse au lion à l'arc
  • 1966: Sigui année zero
  • 1967: Sigui: l'enclume de Yougo
  • 1968: Sigui 1968: Les danseurs de Tyogou
  • 1969: Sigui 1969: La caverne de Bongo
  • 1970: Sigui 1970: Les clameurs d'Amani
  • 1971: Sigui 1971: La dune d'Idyeli
  • 1972: Sigui 1972: Les pagnes de lame
  • 1973: Sigui 1973: L'auvent de la circonsion
  • 1974: Cocorico M. Poulet
  • 1977: Ciné-portrait de Margaret Mead
  • 1979: Bougo, les funérailles du vieil Anaï

 


african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com






Pietro Paolo Savorgnan di Brazzà, best known as Pierre Paul François Camille Savorgnan de Brazza (January 26,1852 - September 14, 1905), was a Franco-Italian explorer, born in Italy and later naturalizedFrenchman. With the backing of the Société de Géographique de Paris, he opened up for France entry along the right bank of the Congo that eventually led to French colonies in Central Africa. His easy manner and great physical charm, as well as his pacific approach among Africans, were his trademarks. Under French colonial rule, Brazzaville, the capital of the Republic of the Congo was named in his honor.

Early  years

Born in Rome on January 26,1852, Pietro Savorgnan di Brazzà was the seventh son of Count Ascanio Savorgnan di Brazzà, a nobleman of Udine with many French connections and Giacinta Simonetti. Pietro was interested in exploration from an early age and won entry to the French naval school at Brest, graduated as an ensign, and went on the French ship Jeanne d'Arc to Algeria.

Exploration to Africa

 

His next ship was the Venus, which stopped at Gabonregularly, and in 1874, de Brazza made two trips, up the Gabon Riverand Ogoue River. He then proposed to the government that he explore the Ogoueto its source, and with the help of friends in high places, including Jules Ferryand Leon Gambetta, he secured partial funding, the rest coming out of his own pocket. He also became a naturalized French citizen at this time, adopting the French spelling of his name.

In this expedition, which lasted from 1875-1878, armed with cotton textiles and tools to use for barter, accompanied by Noel Ballay, a doctor, Alfred Marche, a naturalist, a sailor, thirteen Senegaleselaptots and four local interpreters, Brazza charmed and talked his way deep inland.

The French authorized a second mission, 1879-1882. Reaching the Congo River in 1880, Brazza proposed to King Makoko of the Batekes that he place his kingdom under the protection of the French flag. Makoko, interested in trade possibilities and in gaining an edge over his rivals, signed a treaty. Makoko also arranged for the establishment of a French settlement at Mfoa on the Congo's Malebo Pool, a place later known as Brazzaville; after Brazza's departure, the outpost was manned by two laptots under the command of Senegalese Sergeant Malamine Camara, whose resourcefulness had impressed Brazza during their several months trekking inland from the coast.

In 1886, Brazza was named governor-general of theFrench Congo. Journalists' reports of the contrast between the decent wages and humane conditions there contrasted with the personal regime of Belgian King Léopold on the opposite bank, in the Congo Free State, made him some important enemies, and a mounting smear campaign in the French press led to his dismissal in 1898. By 1905, he was asked to look into the colonial conditions, which had deteriorated during his absence, but the National Assembly voted to suppress his embarrassing report, a copy of which was found amongst his personal effects after his death. He died suddenly of a fever at Dakar. There were rumors that he had been poisoned.

The epitaph for his burial site in Algiers reads, "une mémoire pure de sang humain" ("a memory untainted by human blood").

A mausoleum has been built in his honor in Brazzaville. On 30 September2006, his remains were exhumed in Algiers to be reinterred in Brazzaville on 3 October, along with those of his wife and four children.

Mausoleum controversy

 

The decision to honor Pierre de Brazza as a founding father of the Republic of the Congo has elicited protests among many Congolese. Mwinda Press, the journal of the Association of Congolese Democrats in France, wrote articles quoting Théophile Obenga who depicted Pierre de Brazza as a colonizer and not a humanist, declaring him to have raped a Congolese woman, a princess and the equivalent of a Vestal Virgin, and to have pillaged villages, raising highly charged questions as to why the colonizer should be revered as a national hero instead of the Congolese who fought against colonization.

 


african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com



Sir Henry Morton Stanley , GCB, born John Rowlands (January 28, 1841 – May 10, 1904), was a Britishjournalist and explorer famous for his exploration of Africa and his search for David Livingstone. Stanley is often remembered for the words uttered to Livingstone upon finding him: "Dr. Livingstone, I presume?", although there is some question as to authenticity of this now famous greeting.

Biography

Stanley was born in Denbigh, Wales. At the time, his mother, Elizabeth Parry, was nineteen years old. According to Stanley himself, his father, John Rowlands, was an alcoholic; there is some doubt as to his true parentage. His parents were unmarried, so his birth certificate refers to him as a bastard, and the stigma of illegitimacy weighed heavily upon him all his life. He was raised by his grandfather until the age of five. When his guardian died, Stanley stayed at first with cousins and nieces for a short time, but was eventually sent to St. Asaph Union Workhouse for the poor, where overcrowding and lack of supervision resulted in frequent abuse by the older boys. When he was ten, his mother and two siblings stayed for a short while in this workhouse, without Stanley realizing who they were. He stayed until the age of 15. After completing an elementary education, he was employed as a pupil teacher in a National School. In 1859, at the age of 18, he made his passage to the United States in search of a new life. Upon arriving in New Orleans, he absconded from his boat. According to his own declarations, he became friendly with a wealthy trader named Stanley, by accident: he saw Stanley sitting on a chair outside his store and asked him if he had any job opening for a person such as himself. However, he did so in the British style, "Do you want a boy, sir?" As it happened, the childless man had indeed been wishing he had a boy of his own, and the inquiry led not only to a job, but to a close relationship. The youth ended up taking Stanley's name. However, this adoptive parent died soon afterwards. Young Stanley assumed a local accent and began to deny being a foreigner.

Stanley participated reluctantly in the American Civil War, first joining the Confederate Army participating in the Battle of Shiloh in 1862. After being taken prisoner he promptly deserted and joined the Union. He served in the Navy but eventually deserted again.

Following the Civil War, Stanley began a career as a journalist. As part of this new career, Stanley organized an expedition to the Ottoman Empire that ended catastrophically when Stanley was imprisoned. He eventually talked his way out of jail, and even received restitution for damaged expedition equipment. This early expedition may have formed the foundation for his eventual exploration of the Congo region of Africa.

In 1867, Stanley was recruited by Colonel Samuel Forster Tappan (a one-time journalist) of the Indian Peace Commission, to serve as a correspondent to cover the work of the Commission for several newspapers. Stanley was soon retained exclusively by James Gordon Bennett (1795-1872), founder of the New York Herald, who was impressed by Stanley's exploits and by his direct style of writing. This early period of his professional life is described in Volume I of his book My Early Travels and Adventures in America and Asia (1895). He became one of the Herald's overseas correspondents and, in 1869, was instructed by Bennett's son to find the Scottish missionary and explorer David Livingstone, who was known to be in Africa but had not been heard from for some time. According to Stanley's account, he asked James Gordon Bennett, Jr. (1841-1918), who had succeeded to the paper's management after his father's retirement in 1867, how much he could spend. The reply was "Draw £1,000 now, and when you have gone through that, draw another £1,000, and when that is spent, draw another £1,000, and when you have finished that, draw another £1,000, and so on — BUT FIND LIVINGSTONE!" In actuality, Stanley had lobbied his employer for several years to mount this expedition that would presumably give him fame and fortune.

Stanley travelled to Zanzibar in March 1871 and outfitted an expedition with the best of everything, requiring no fewer than 200 porters. This 700-mile expedition through the tropical forest became a nightmare. His thoroughbred stallion died within a few days after a bite from a Tsetse fly, many of his carriers deserted and the rest were decimated by tropical diseases. To keep the expedition going, he had to take stern measures, including flogging deserters. In fairness to Stanley, it should be noted that harsh treatment of carriers was not uncommon. Many missionaries of the day practiced tactics no less brutal than his, and Stanley's diaries show that he had in fact exaggerated the brutal treatment of his carriers in his books to pander to the taste of his Victorian public. Articles examining Stanley's treatment of indigenous porters help refute his reputation as a brutal criminal, but the fact remains that throughout much of the Congo region his name remains synonymous with violence.

Stanley found Livingstone on November 10, 1871, inUjiji near Lake Tanganyika in present-day Tanzania, and may have greeted him with the now famous, "Dr. Livingstone, I presume?" This famous phrase may be a fabrication, as Stanley tore out of his diary the pages relating to the encounter. Even Livingstone's account of the encounter fails to mention these words. However, a summary of Stanley's letters published by The New York Times on July 2, 1872, quotes the phrase. The Encyclopaedia Britannica and the Oxford Dictionary of National Biography both quote the phrase without questioning its validity.

The Herald's own first account of the meeting, published July 2, 1872, also includes the phrase: "Preserving a calmness of exterior before the Arabs which was hard to simulate as he reached the group, Mr. Stanley said: -- `Doctor Livingstone, I presume?' A smile lit up the features of the hale white man as he answered: `YES, THAT IS MY NAME' ..."

Stanley joined Livingstone in exploring the region, establishing for certain that there was no connection between Lake Tanganyika and the River Nile. On his return, he wrote a book about his experiences : How I Found Livingstone; travels, adventures, and discoveries in Central Africa.[7]This brought him into the public eye and gave him some financial success.

In 1874, the New York Herald, in partnership with Britain's Daily Telegraph, financed Stanley on another expedition to the African continent. One of his missions was to solve a last great mystery of African exploration by tracing the course of the River Congoto the sea. The difficulty of this expedition is hard to overstate. Stanley used sectional boats to pass the great cataracts separating the Congo into distinct tracts. After 999 days, on August 9, 1877, Stanley reached a Portuguese outpost at the mouth of the river Congo. Starting with 356 people, only 114 had survived of which Stanley was the only European.

He wrote about his trials in his book Through the Dark Continent, describing his expedition as if it were a conquest.

Stanley was approached by the ambitious Belgian king Leopold II, who in 1876 had organized a private holding company disguised as an international scientific and philanthropic association, which he called the International African Society. The king spoke of his intentions to introduce Western civilization and to bring religion to this part Africa, but didn't mention he wanted to claim the lands. Stanley returned to the Congo, negotiated with tribal chiefs and obtained fair concessions (that were later falsified to his advantage by the king). But Stanley refused to impose treaties on the chiefs that would cede sovereignty over their lands. He built new roads to open the country, but this also gave advantage to the slave traders. When Stanley discovered that the king had other plans, he still remained on his payroll.

In later years he spent much energy defending himself against charges that his African expeditions had been marked by callous violence and brutality. Stanley's opinion was that "the savage only respects force, power, boldness, and decision." Stanley would eventually be held responsible for a number of deaths and was indirectly responsible for helping establish the rule of Léopold II of Belgium over the Congo Free State. In addition, the spread of African trypanosomiasisacross central Africa is attributed to the movements of Stanley's enormous baggage train and the Emin Pasha relief expedition.

Emin Pasha relief expedition

 

In 1886, Stanley led the Emin Pasha Relief Expedition to "rescue" Emin Pasha, the governor of Equatoria in the southern Sudan. King Leopold II demanded that Stanley take the longer route, via the Congo river, hoping to acquire more territory and perhaps even Equatoria. After immense hardships and great loss of life, Stanley met Emin in 1888, discovered the Ruwenzori Range and Lake Edward, and emerged from the interior with Emin and his surviving followers at the end of 1890. (Turnbull, 1983) But this expedition tarnished Stanley's name because of the conduct of the other Europeans: British gentlemen and army officers. An army major was shot by a carrier, after behaving with extreme cruelty. James Jameson, heir to an Irish whiskey manufacturer, bought an eleven-year old girl and offered her to cannibals to document and sketch how she was cooked and eaten. Stanley only found out when Jameson had died of fever. Previous expeditions had given Stanley satisfaction, but this one only had caused disaster.

On his return to Europe, he married Welsh artist Dorothy Tennant, and they adopted a child, Denzil. Stanley entered Parliament as Liberal Unionist member for Lambeth North, serving from 1895 to 1900. He became Sir Henry Morton Stanley when he was made a Knight Grand Cross of the Order of the Bath in 1899, inrecognition of his service to the British Empire in Africa. He died in London on May 10, 1904; at his funeral, he was eulogized by Daniel P. Virmar. His grave, in the churchyard of St. Michael's Church in Pirbright, Surrey, is marked by a large piece of granite inscribed with the words "Henry Morton Stanley, Bula Matari, 1841-1904, Africa". (Bula Matari, or "Breaker of Rocks" in Kikongo, was Stanley's name among Africans in Congo.) The translation for Bula Matari can be interpreted by the Africans as "Breakstones", because of his inhuman and cruel treatment of his African workers, in which he literally broke their backs and their spirits. It can also be translated as a term on endearment, for as the leader of Leopold's expedition, he commonly worked with the laborers breaking rocks with which they built the first modern road along the Congo River.

Modern culture

 

In 1939, apopular film called Stanley and Livingstone was released, with Spencer Tracy as Stanley and Cedric Hardwicke as Livingstone.

An NES game based on his life was released in 1992 called "Stanley: The Search for Dr. Livingston".

In 1997, amade-for-television movie called "Forbidden Territory: Stanley's Search for Livingstone" was produced by National Geographic. Stanley was portrayed by Aidan Quinn and Livingstone was portrayed by Nigel Hawthorne.

Stanley Electric Co., Ltd. of Japan, uses Stanley's family name in honour of his discoveries "that have brought light into many spots of the world undiscovered and hitherto unknown to mankind". The company produces light emitting diodes, liquid crystal displays, and lamps.

His great grandson, Richard Stanley, is a South African filmmaker and directs documentaries.

There is a hospital in St. Asaph, North Walesnamed after Stanley in honor of his birth in the area. It was the former workhouse in which he spent much of his early life.

The captain at Station 51 in the popular 1970s TV show Emergency!is named Henry Stanley. It is unknown whether or not this was done on purpose.



african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com

 










african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com




Jacques Chirac, né le 29 novembre 1932 dans le 5e arrondissement de Paris, est un homme d'État français qui a exercé les plus hautes responsabilités de la Ve République.

Il fut premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing (1974-1976) puis, inaugurant la première cohabitation, celui du socialiste François Mitterrand (1986-1988). Il est le 5e président de la Ve République (22e président de la République) du 17 mai 1995 au 16 mai 2007, période incluant la troisième cohabitation (1997-2002). Il fut également le premier maire de Paris (1977-1995) après le rétablissement de cette fonction (supprimée entre 1871 et 1977, son prédécesseur était Jules Ferry). Il siège au Conseil constitutionnel dont il est membre de droit depuis la fin de son second mandat de chef de l'État.
 


Biographie personnelle et parcours politique

1932-1967 : jeunesse et apprentissage
Né le 29 novembre 1932 à la clinique Geoffroy Saint-Hilaire (Ve arrondissement de Paris), Jacques René Chirac est le fils d'Abel François Chirac (1893-1968), administrateur de la société aéronautique et de Marie-Louise Valette (1902-1973). Tous deux proviennent de familles corréziennes, ses deux grands-pères sont instituteurs — de Sainte-Féréole, en Corrèze. D'après Jacques Chirac, son nom « a pour origine la langue d'oc, celle des troubadours, donc celle de la poésie ».

Le jeune Jacques, élevé en enfant unique (sa sœur aînée, Jacqueline est décédée en bas-âge avant sa naissance), commence ses études à l'école communale de Sainte-Féréole en Corrèze avant de les poursuivre à Paris au lycée Carnot puis entre au lycée Louis-le-Grand. Après son baccalauréat, il fait une campagne de trois mois comme matelot sur un navire charbonnier. Il intègre en 1951 l'Institut d'études politiques de Paris dont il est diplômé en 1954. Durant cette période, brièvement, il milite dans la mouvance du Parti communiste avec notamment le futur éditeur Christian Bourgois. Il vend L'Humanité rue de Vaugirard, et participe au moins à une réunion de cellule communiste comme il l'a raconté[1]. Il signe en 1950 l'Appel de Stockholm, contre l'armement nucléaire, d'inspiration communiste(cela lui vaudra d'être interrogé lorsqu'il demandera son premier visa pour les États-Unis, pays pour lequel il nourrit une réelle admiration) ; il sera ainsi diplômé de la Summer school de Harvard.

Ses fiançailles avec Bernadette Chodron de Courcel sont célébrées dans l'appartement des Chodron de Courcel, boulevard Raspail, le 17 octobre 1953. À l'automne 1954, il est reçu à l'ENA, avant d'être classé huitième à l'École de la Cavalerie (i.e. les blindés) de Saumur[3]. On lui refuse cependant le grade d'officier en raison de son passé communisant et il faut l'intervention des relations de la famille Chodron de Courcel (le général Kœnig) pour l'obtenir. Il en sort sous-lieutenant de cavalerie. En 1954, il soutient une thèse de géographie économique à l'Institut d'études politiques de Paris, où il était entré trois ans auparavant, intitulée Le port de La Nouvelle-Orléans, dirigée par le professeur Jean Chardonnet.

Le 16 mars 1956, il épouse Bernadette Chodron de Courcel, malgré les réticences de la famille de celle-ci face à un jeune homme issu d'un milieu différent. Les Chodron de Courcel refusent un mariage solennel dans la basilique Sainte-Clotilde, habituée des familles de la haute société du faubourg Saint-Germain. La cérémonie a donc lieu dans la chapelle de Jésus-Enfant (29 rue Las-Cases), annexe de l'église, réservée alors au catéchisme et aux cérémonies plus intimes. Il a avec elle deux filles, Laurence, en 1958 et Claude en 1962.

Juste après son mariage, de 1956 à 1957, il effectue son service militaire. En tant que jeune diplômé prometteur, il aurait pu éviter de faire la guerre d'Algérie (pendant 18 mois), mais il se porte volontaire et est affecté au 2e Chasseur d'Afrique (il est en poste à Souk-el-Barba). Il est libéré de son service le 3 juin 1957. Jacques Chirac explique qu'il n'est devenu gaulliste qu'en 1958, et qu'en 1947, il a pris sa carte du Rassemblement du peuple français « sans savoir ce [qu'il] faisait ».

Grâce à son mariage, et à son ambition, il change complètement de milieu social. Il rejoint en 1957 l'École nationale d'administration dans la promotion Vauban, dont il sort seizième en 1959, celle-ci étant détachée en Algérie par Charles de Gaulle entre le 17 avril 1959 et avril 1960. Jacques Chirac est détaché en tant que « renfort administratif », auprès du directeur général de l'Agriculture en Algérie, Jacques Pélissier.

À son retour en France métropolitaine, Jacques Chirac est nommé auditeur à la Cour des comptes et devient maître de conférences à l'Institut d'études politiques. En juin 1962, il devient chargé de mission (pour la « construction, les travaux publics, et les transports ») auprès du secrétariat général du gouvernement Pompidou, puis au cabinet du premier ministre. Un an plus tard, il est conseiller référendaire à la Cour des comptes.

En 1965, il est élu conseiller municipal de Sainte-Féréole, en Corrèze, berceau de la famille Chirac, sans qu'il se soit présenté. Un an plus tard, Georges Pompidou l'envoie en Corrèze arracher la circonscription d'Ussel à l'opposition. Bénéficiant du soutien de Marcel Dassault et de son journal, menant une campagne acharnée, il bat son adversaire Georges Émon, du Parti communiste français, de justesse[4], dans un bastion du parti. Dans cette victoire à l'arrachée sur une gauche divisée, il bénéficie de la neutralité bienveillante de la gloire locale Henri Queuille et de l'inamovible maire d'Égletons, le socialiste Charles Spinasse, ancien ministre de Léon Blum. Charles Spinasse affirme à cette occasion que Jacques Chirac est un type très « Front populaire »


1967-1976: l'irrésistible ascension ministérielle
 Tableau récapitulatif : Section chronologie des fonctions.
Moins d'un mois plus tard le 8 mai 1967, Jacques Chirac — surnommé « mon bulldozer » par Georges Pompidou — est nommé sous-secrétaire d'État à l'Emploi, dans le troisième gouvernement Pompidou (et servira encore dans tous les gouvernements successifs, dirigés par Maurice Couve de Murville, Jacques Chaban-Delmas et Pierre Messmer jusqu'en 1974). L'une de ses premières réalisations est la création de l'Agence nationale pour l'emploi. Durant mai 1968, il joue un rôle capital lors des Accords de Grenelle et devient l'archétype du jeune énarque brillant, parodié dans Astérix. Aussitôt après mai 68, il est nommé secrétaire d'État à l'Économie et aux Finances, chapeauté par le jeune ministre Valéry Giscard d'Estaing. Les deux hommes se méfient l'un de l'autre tout en travaillant ensemble : Jacques Chirac n'est pas mis dans la confidence de la dévaluation du franc, en 1969.

En 1971 il devient ministre chargé des relations avec le Parlement, puis, le 5 juillet 1972, il est nommé ministre de l'Agriculture et du Développement rural, dans le gouvernement Messmer, où il se fait remarquer en obtenant massivement les voix des agriculteurs. En novembre 1973, soutenu par le président, il revient sur des décisions de Valéry Giscard d'Estaing, alors en voyage.

En mars 1974, probablement à la suite de l'affaire des écoutes du Canard enchaîné, il « échange » son poste avec celui de Raymond Marcellin, jusque-là ministre de l'Intérieur. À la mort de Georges Pompidou, peu de temps après, il choisit de soutenir Pierre Messmer, un temps candidat, puis Valéry Giscard d'Estaing contre le candidat gaulliste Jacques Chaban-Delmas. Il rallie contre ce dernier 39 parlementaires et 4 ministres, dit « Appel des 43 » et contribue ainsi largement à la victoire de Valéry Giscard d'Estaing à l'élection présidentielle. Il bénéficie aussi d'une bonne connaissance du terrain et des élus locaux acquis en moins de deux ans au ministère de l'Agriculture, et surtout de sa position dans un ministère « stratégique » où il a la haute main sur les préfets, les Renseignements généraux, etc.


1974 - 1976 : Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing
Le 27 mai 1974, en raison de son rôle décisif dans son élection, Valéry Giscard d'Estaing nomme Jacques Chirac premier ministre. Il conserve l'appui de l'Union pour la défense de la République (qui ne compte que cinq ministres) dont il devient le secrétaire général, sans même en avoir été membre. À Matignon, il instaure un style détendu et studieux, tout en débutant un bras de fer avec le président. Tous deux désirent gouverner le pays et possèdent un caractère très différent : leur rivalité est la même depuis leurs tensions au ministère des Finances. De plus, Jacques Chirac se voit imposer par le président un grand nombre de ministres qu'il n'apprécie pas. C'est notamment le cas de Michel Poniatowski et Jean-Jacques Servan-Schreiber, tous deux fermement anti-gaullistes. Jacques Chirac se débarrasse rapidement du co-fondateur de L'Express sur la question des essais nucléaires. « JJSS » y est opposé et le fait savoir, ce qui le pousse à la démission. Pour le remplacer, Valéry Giscard d'Estaing impose à Jacques Chirac le second co-fondateur de L'Express en la personne de Françoise Giroud, qui devient secrétaire d'État.

Les réformes entreprises par Valéry Giscard d'Estaing surprennent puis agacent les gaullistes. Majorité à 18 ans, loi sur l'avortement, extension de la couverture de sécurité sociale, la « poignée de main » à des détenus en prison, tout cela n'est pas du goût de l'UDR et va à l'encontre des idéaux de l'électorat de droite. Les relations se tendent entre les deux têtes de l'exécutif. Les deux conseillers personnels de Jacques Chirac, Pierre Juillet et Marie-France Garaud, le poussent même à la rupture avec Valéry Giscard d'Estaing.

Le 11 janvier 1976, le président effectue un remaniement ministériel contre l'avis du premier ministre, qui dénonce le pouvoir exercé par Valéry Giscard d'Estaing et demande une refonte complète de sa politique. Après une rencontre au fort de Brégançon, Jacques Chirac décide de démissionner de son poste, geste qu'il annonce le 25 août 1976. Il déclare à la télévision : « Je ne dispose pas des moyens que j’estime aujourd'hui nécessaires pour assumer efficacement mes fonctions de premier ministre et dans ces conditions, j'ai décidé d'y mettre fin ». Jacques Chirac aurait affirmé à Valéry Giscard d'Estaing « qu'il voulait quitter la vie politique […] et qu'il s'interrogeait sur sa vie, et qu'il parlait même de monter une galerie d'art ».


1976-1995 : De la Mairie de Paris à l'Élysée

1977 - 1995 : la Mairie de Paris
 Tableau récapitulatif : Section chronologie des fonctions.
 
L'Hôtel de ville de ParisAprès avoir annoncé sa candidature au poste de Maire de Paris (il était initialement hostile au changement statutaire de la Ville), il crée le Rassemblement pour la République. Ce parti gaulliste reprend les bases de l'UDR et Jacques Chirac en devient le président. Le 20 mars 1977, malgré l'opposition de Raymond Barre qui soutient Michel d’Ornano, il devient le premier maire de Paris depuis Jules Ferry. Le poste qu'il obtient, nouvellement créé, est très important : quinze milliards de francs de budget, 40 000 fonctionnaires. C'est aussi et surtout un excellent tremplin électoral. Il est accusé d'avoir utilisé, pour l'appareil du RPR et à des fins purement électorales, un certain nombre de moyens de la municipalité parisienne : emplois fictifs, marchés publics du bâtiment (voir les affaires), frais de bouche.


1981 : 1re candidature à l'élection présidentielle
En vue de l'élection présidentielle de 1981, Jacques Chirac fait du RPR une puissante machine politique : toujours dans la majorité et plus important, avec 150 députés, que l'Union pour la démocratie française (parti créé en 1978 pour soutenir l'action du président), il est très critique vis-à-vis du gouvernement. Le 26 novembre 1978, Jacques Chirac est victime d'un accident sur une route de Corrèze et est transporté à l'hôpital Cochin à Paris. De là, il lance l'« Appel de Cochin » qui dénonce le « parti de l'étranger », c'est-à-dire l'UDF, en accusant le parti de Valéry Giscard d'Estaing d'agir au nom de l'Europe et contre les intérêts de la France.

En 1979, il est tête de liste aux élections européennes, auxquelles il échoue, sa liste ne recueillant que 16,3 % des voix, derrière les 27,6 % de Simone Veil, tête de liste de l'UDF. Élu député européen, il ne siègera jamais à Strasbourg, démissionnant de sa nouvelle fonction, préférant ses mandats nationaux.

Lors de l'élection présidentielle, il fait campagne sur le sujet de la réduction des impôts — suivant l'exemple de Ronald Reagan — et obtient 18 % des voix au 1er tour, et se retrouve largement distancé par Valéry Giscard d'Estaing (28 %) et François Mitterrand (26 %), qui remporte le second tour (parmi les slogans de campagne, on retrouve la chanson Jacques Chirac Maintenant[8]). Jacques Chirac annonce que « personnellement » il votera pour le chef de l'UDF. Ses militants, et surtout ses jeunes militants, retiennent le peu de conviction du message et votent massivement pour le candidat de l'opposition. Selon Valéry Giscard d'Estaing[9], Raymond Barre et Christian Bonnet, la permanence du RPR conseille de voter pour François Mitterrand entre les deux tours ; Valéry Giscard d'Estaing explique que François Mitterrand lui aurait confirmé avoir rencontré Jacques Chirac chez Édith Cresson à cette occasion. Toujours selon Valéry Giscard d'Estaing, la stratégie de Jacques Chirac étant de faire élire François Mitterrand puis d'essayer d'obtenir une nouvelle fois la majorité au parlement, François Mitterrand étant obligé de dissoudre la chambre issue de 1978. Pour Jacques Chirac, la présence de ministres communistes créera chez les Français un sentiment de peur comparable à celui de mai 1968, ce qui provoquera un nouveau raz-de-marée gaulliste. Pierre Messmer confirme cette version des faits. Le candidat socialiste est élu.

Affaibli par le faible score du premier tour, le RPR ne remporte que 83 sièges aux élections législatives. Jacques Chirac est l'un des rares de son camp à voter pour l'abrogation de la peine de mort, contre l'avis de la majorité des Français. Il devient cependant de plus en plus populaire chez les électeurs de droite comme maire de Paris, notamment en développant une politique de transports en commun, en venant en aide aux personnes âgées, aux handicapés et aux mères célibataires, tout en incitant les entreprises à rester dans la ville mais en organisant la destruction des quartiers populaires. En 1983, il est réélu en remportant, avec sa coalition RPR-UDF le « grand chelem » : la totalité des vingt arrondissements. Fort de cette victoire, il s'affirme comme le chef de l'opposition sur le plan national.


1986 - 1988 : La Première cohabitation
 Tableau récapitulatif : Section chronologie des fonctions.
 
Jacques Chirac et le chancelier allemand Helmut Kohl en 1987En mars 1986, lors des élections législatives à la proportionnelle, l'union RPR-UDF obtient de justesse la majorité, avec seulement deux sièges, et survient ce que Raymond Barre baptise « cohabitation ». Jacques Chirac, chef de la majorité, devient premier ministre.

La cohabitation est l'occasion d'une guerre de tranchées entre le premier ministre et le président. François Mitterrand, critiquant ouvertement l'action de son premier ministre, se pose en président impartial. Il refuse de signer des ordonnances et Jacques Chirac doit recourir à l'article 49 al 3. La stratégie du président favorise la lassitude de l'opinion vis-à-vis de la méthode et des réformes du gouvernement, et le premier ministre doit se résoudre à en abandonner certaines. Il réussit à freiner la progression du chômage, mais pas à l'arrêter. Il paye également la défiance de la jeunesse, à laquelle son ministre Alain Devaquet s'est heurté en novembre 1986 et l'image de son ministre Charles Pasqua, populaire à droite mais détesté à gauche. Ce dernier négocie en secret la libération des otages[10] du Liban. La version officielle, commune dans les affaires de prise d'otages, est qu'il n'y a pas eu de rançon ; on accuse le premier ministre d'avoir vendu la technologie nucléaire française à l'Iran et de vouloir manipuler l'opinion publique.


1988 : 2e candidature à l'élection présidentielle
En 1988, Jacques Chirac se présente à l'élection présidentielle. Confronté à la remontée spectaculaire de François Mitterrand dans les sondages, il se lance dans une tournée dans toute la France pour expliquer sa politique. Au premier tour, il obtient seulement 19,94 % et est talonné à droite par Raymond Barre qui en attire 16,6 %, et se trouve largement distancé par François Mitterrand et ses 34,1 %. Le journaliste Éric Zemmour a rapporté que Jacques Chirac aurait eu une entrevue secrète avec Jean-Marie Le Pen entre les deux tours, ce qu'il a toujours nié. En fait, il y aurait eu deux rencontres selon Franz-Olivier Giesbert. La première se serait déroulée un mois avant le premier tour par l'intermédiaire d'un ami commun, le général Pierre de Bénouville. Il s'agissait d'une prise de contact afin de que les deux hommes puissent se jauger. Une seconde rencontre aurait eu lieu entre les deux tours. Cette fois, Charles Pasqua est l'intermédiaire qui organise l'entrevue chez un ami armateur. Cette fois-ci, Chirac a pris sa décision et fait preuve d'une « inflexible intransigeance » à la grande stupéfaction de Jean-Marie Le Pen[12]. Opposant une fin de non recevoir, Chirac aurait demandé au chef du Front national de ne pas lancer le moindre appel en sa faveur. Lors de son allocution du 1er mai 1988, Jean-Marie Le Pen ne pouvait plus que déclarer : « Pas une voix pour Mitterrand ! » laissant ses électeurs libres de choisir entre le vote blanc et le bulletin Chirac[14]. Depuis cette date, Jean-Marie Le Pen nourrit une rancune envers Jacques Chirac.

Lors d'un débat télévisé rugueux, Jacques Chirac affronte le président sortant (Mitterrand) durant lequel le président affirme « dans les yeux » qu'il n'était pas au courant des tractations pour libérer les otages du Liban.

Au soir du second tour de l'élection le 8 mai 1988, Jacques Chirac subit une défaite cuisante en n'obtenant que 45,98 % des voix. Son camp est démoralisé, et sa femme va jusqu'à affirmer : « les Français n'aiment pas mon mari ».

De nouveau dans l'opposition, il reste maire de Paris, réélu triomphalement en 1989 et travaille à se maintenir en tête de l'opposition. En 1991, il déclare qu'il est « absolument hostile au plan Delors tendant à instituer en Europe une monnaie unique ».


1993-1995 : la Deuxième cohabitation
Face aux grandes difficultés du gouvernement de gauche, il participe à la campagne législative de 1993 qui voit la victoire écrasante de la droite. Échaudé par l'expérience précédente, il préfère rester en retrait et laisse Édouard Balladur devenir premier ministre, formant ainsi la Deuxième cohabitation. L'accord tacite entre les deux hommes est simple : à Édouard Balladur l'Hôtel Matignon, à Jacques Chirac le Palais de l'Élysée en 1995.

Cependant Édouard Balladur, au vu de sa popularité, décide de se présenter à l'élection présidentielle : les partisans du président du RPR crient à la trahison, d'autant que le premier ministre entraîne avec lui une large partie des chiraquiens du premier cercle, la plupart membres de son gouvernement, dont Nicolas Sarkozy et Charles Pasqua. Philippe Seguin, un temps hésitant, se lance dans la bataille auprès du candidat « légitime » et devient avec Alain Juppé et Alain Madelin un des principaux soutiens de Jacques Chirac. Celui-ci, espérant devancer Édouard Balladur, annonce sa candidature tôt, le 4 novembre 1994. Il entame une campagne dynamique et centrée sur le thème de la « fracture sociale ». Jacques Chirac réussit à éliminer Édouard Balladur au premier tour, avant de remporter le second



De l’africanisme aux études africaines Textes et « humanités » Alain Ricard Tout discours sur l'Afrique, et en particulier l'Afrique noire, ne peut il relever que de la passion, voire de lacompassion ? N’y a t-il que les fous d’Afrique – titre d’un livre récent – pour s’intéresser à elle ? Quelles formes de raison peut-il convoquer ?La première qui se présenta fut géographique. Sorte de page blanche de notre humanité jusqu'au XIXe siècle, l'Afrique a été inscrite avec nos routes, nos cartes, nos frontières ; aujourd'hui, les images satellitaires ne nous en laisentrien ignorer. Nous savons au mètre près ce qui se passe à Kisangani en guerre, là où Stanley donna à des chutes son nom : il avait compris que cette courbe du fleuve Congo était le centre du continent, il pensait en géographe et en stratège... Cette Afrique des images reste face à nous, extérieure : ne relève-t-elle pas aussi d'autres formes de raison plus intérieures, voire existentielles ? Quel immense murmure monte de la forêt ? Que dit-il ? Ces Africains ne sont-ils qued'empruntés francophones ou de pompeux anglophones ? Des bégayeurs maladroits ou des volubiles irresponsables ?L'inscription géographique, qui en reste à l'image, est trop facilement la proie de la marchandise. Aujourd'hui il nous faut le son, le discours. Des langues en expansion composent d'autres circulations que nous ne capterons pas avec nos satellites. Il nous faut passer de l'œil à l'oreille, du regard à l'écoute... Les blancs des cartes Les sciences humaines redécouvrent l’afrique, titrait un journal du soir après un colloque tenu à Nantes – « Les sciences de l’homme en Afrique » – en novembre 2002... Redécouvrir ? Quelle niaiserie, voire quelle ignorance de l’africanisme ! Le problème est pourtant (mal) posé : comment se construit la connaissance sur l’Afrique, et où ?Comment peut-il y avoir un dialogue scientifique avec le sud ? De quelle nature ce savoir anthropologique, historique, voire linguistique et littéraire est-il ? Comment peut-il se transmettre aujourd’hui, mais aussi, comme l’écrivait FemiOsofisan dans Politique africaine en 1990 : comment les Humanités peuvent-elles aider à l’humanisation1? Face à la négrologie2, que les facilités de l’euphonie aident à convoquer pour mieux la congédier, n’y a-t-il pas place pour des études africaines attentives aux discours des autres, aux textes qu’ils produisent ?Depuis 1967, j’ai la chance de me consacrer uniquement à l’Afrique : d’abord à UCLA (Los Angeles), puis à l’université du Togo, à l’agence de la francophonie, enfin au CNRS. Je suis parfois interpellé : ce doit être une passion pour vous ? Non ! L’écriture est une passion, pas l’Afrique. L’Afrique est une raison d’agir et de travailler, elle n’est pas l’objet d’une impulsion irrationnelle. J’ai compris, au fil des années, que la relation française à l’Afrique ne pouvaits’exprimer, voire se vivre publiquement, que sur le mode du passionnel, c’est-à-dire en dehors des formes de savoir intellectuel : d’où mon interrogation sur l’africanisme… S’il est un besoin d’Afrique que je comprenne, c’est le besoinde connaissance. Cet essai est une critique de l’attitude des fous d’Afrique… C’est aussi un effort pour attirer l’attention des chercheurs sur la production intellectuelle africaine, sur les textes qu’il convient de connaître et d’éditer. Connaître, c’est d’abord essayer de baliser tous les espaces du savoir : le géographe, comme la nature, a horreur du vide, et a longtemps préféré meubler les « blancs de sa carte » avec des données réelles, certes, mais étirées au maximum pour fournir une Afrique présentable3… Combien d’autres ont meublé les blancs de leur carte intellectuelle avec des fantaisies ? Noms de langues démultipliés à l’envi, ethnies aux coutumes extravagantes, et surtout étirement de toute observation vers l’idée générale, cette plaie qui fait que l’on parle de l’Afrique dès que l’on a séjourné quelque temps dans un point du continent ! L’Afrique francophone est l’Afrique et pour un peu les Saint-Louisiens représenteraient tous les Africains ! La découverte de l’Afrique est encore en partie à faire ! Un atlas historique africain étonne par ses « blancs », remarque G. Balandier : les domaines à couvrir ne manquent pas et celui des arts du verbe n’est pas le dernier à demander notre attention ! Alain Ricard, directeur de recherche au CNRS (laboratoire LLACAN, « Langage, langues et cultures d'Afrique noire »), chargé de cours à l'INALCO, a récemment publié Voyages de découvertes en Afrique (Bouquins-Lafont, 2000), éditéL'excursion missionnaire de Thomas Arbousset (Karthala, 2001) et préfacé L'homme qui marchait vers le soleil levant(Bordeaux, Confluences, 2003) , de Thomas Mofolo, premier roman écrit dans une langue de l'Afrique. 1F. Osofisan (1990).2S. Smith (2003).3R. Mauny (1970 : 125).

Georges Balandier eut la tâche, dans la première Encyclopédie mondiale des littératures (Pléïade, 1955), de traiter des littératures de l’Afrique noire. Le fondateur de l’africanisme moderne dans notre pays s’est détaché de l’Afrique dans la décennie qui suit. Il s’en explique dans un entretien récent avec Pierre Nora : il n’a pas voulu devenir conseiller des princes au moment des Indépendances4. L’Afrique lui a appris plusieurs choses essentielles : goût du divers, sens de l’invention politique, pratique du métissage. Le terme d’africaniste, qui lui est souvent appliqué, continue d’être utilisé dans notre pays, sans que sa dénotation soit précisée ! Africaniste : « spécialiste des langues et civilisations africaines » (Petit Robert, 1972). Qui s’occupe aujourd’hui des langues et des civilisations de l’Afrique, comme Georges Balandier le faisait si bien dans le texte sur les littératures, qui précède son livre sur la vie quotidienne dans le royaume Kongo ? L’Africanisme pose question, comme le dit le titre d’un ouvrage récent5. A mon sens, l’une des principales questions posées, presque malgré lui, par ce livre, est qu’il ne traite pas des disciplines des humanités. Seul l’article sur l’archéologie fait la description d’une situation qui pourrait être généralisée aux autres sciences de l’homme exclues du champ de l’ouvrage : philologie, histoire de l’art, musicologie, études religieuses. Ainsi, la plus grande institution africaniste dans notre pays est elle aujourd’hui sans doute une fondation, le Musée et les éditions Dapper, qui en vingt ans ont changé notre regard sur les arts de l’Afrique : ils ne figurent pas, bien à tort, dans les états des lieux ! Les arts de l’Afrique ne sont pas considérés comme une voie d’accès à la connaissance des peuples de l’Afrique : étrange exclusion ! Un autre aspect de la question est éludé : la relation avec l’Ethiopie et les études éthiopiennes, traitée la même année par le regretté Jacques Bureau dans un essai sur Marcel Cohen et ses successeurs, cent ans d’études éthiopiennes en France6. Pourquoi isoler l’Ethiopie ? Pourquoi ne pas l’inclure dans les études africaines : la philologie négligée en Afrique « noire » devient soudain critère de séparation. Les sémitisants veulent rester entre eux ! Cette division, désastreuse pour l’avancée des recherches, a des racines anciennes : Jacques Bureau les mentionne sans s’y apesantir et c’est dommage (« autant de tensions dont les effets se font encore sentiraujourd’hui7») ! De même, il conviendrait de s’interroger sur la discrétion excessive, qui confine au ridicule, réservantà l’orientalisme le privilège de désigner la seule institution qui enseigne les langues africaines en France ! INALCO, langues et civilisations orientales : pourquoi omettre l’Afrique ?!Le présupposé de la passion est souvent de croire qu’elle est réciproque, qu’elle l’a été ou qu’elle le sera… Erreur funeste, comme on le sait, dans les relations personnelles. Il en va de même dans les relations internationales :les fous d’Afrique croient partout rencontrer des amoureux de la France, ou de la langue française : les foules d’Abidjan devraient faire réfléchir… Aussi je pense que l’africanisme n’a pas dit son dernier mot, mais il lui fautassumer son passé et prendre la pleine mesure de son objet. De la chance de commencer par Soyinka… J’ai abordé l’Afrique par les textes ; ceux de Wole Soyinka occupent une grande place dans mon itinéraire. Ils offrent une voie d’accès à la connaissance de l’Afrique. Comme toute grande œuvre ils ont une dimension cognitive, qui n’est que rarement prise en compte dans les travaux qui lui sont consacrés. J’ai pu ainsi connaître l’Afrique en dehors du rapport colonial – à partir de l’Amérique , mais en étant intimement conscient de la situation coloniale. Connaître à travers une œuvre qui essayait de montrer, mais aussi de comprendre et qui se situait autant en rupture par rapport au monde colonial que par rapport à l’anticolonialisme obligé, qui allait devenir tiers-mondiste. Pour Soyinka, le cycle de la violence et de la bêtise ne s’était pas interrompu en 1960 et il allait bientôt payer dans sa chair pour le savoir. Il fut en effet emprisonné pendant deux ans au Nigeria après le début de la guerre civile en 1967. C’est à ce moment que j’ai rencontré son œuvre : en 1968, j’ai traduit l’appel lancé pour sa libération, dans le cadre de mes fonctions d’assistant de rédaction de la revue African Arts…. Cette oeuvre m’a accompagné et m’a fréquemment guidé. Plus tard, j’ai continué à en suivre le développement, notamment à travers les adaptations africaines d’Euripide, de Brecht, aujourd’hui d’Ubu. Dans les années soixante-dix, marquées par l’expansion des politiques d’autenticité africaine, le message et la pratique de Wole Soyinka demeuraient d’une redoutable et corrosive actualité. Les années d’Ife (1977-1985) occupent une place à part dans l’itinéraire du futur prix Nobel. Sur un campus, dans la nature, aux portes de la ville sainte des Yoruba, du berceau de l’humanité, Ifé, Wole a dirigé un institut et formé des générations d’étudiants : il s’est aussi entouré d’une cohorte de brillants universitaires, qui étaient aussi ses amis : Femi Osofisan, Kole Omotoso, Olabiyi Yai, Biodun Jeyifo. Il a vécu dans un milieu qui produisait un savoir et une compréhension critique de l’Afrique. Les soubresauts qui ont agité ce campus et dont je raconte quelques moments faisaient partie de cette effervescence. Ses pièces satiriques, notamment A Play of Giants, ont fait date pour moi. C’estaussi dans ces années que j’ai, un peu par hasard, fait connaissance avec lui ; j’avais été le professeur de Fola, sa sœur 4G. Balandier (2003).5A. Piriou et E. Sibeud (1997).6J. Bureau (1997).7J. Bureau (1997 : 14).

cadette à Lomé. Elle avait, comme moi, gardé un bon souvenir de cette année togolaise. En 1982, elle était à Ifé, professeur de danse, et c’est ainsi qu’elle m’a proposé de venir un soir dîner avec son frère. C’était bien ainsi : nous avons plus parlé vin que littérature ou politique ; beaucoup parlé de sécurité routière. Je lui avais dit que la folie nigériane sur les routes ne pouvait se comparer qu’à la folie française. Il était alors engagé dans l’organisation de sa maréchaussée routière, une vraie cause civique dont l’impact n’a pas été nul. Il cherchait aussi à promouvoir les créateurs nigérians et je me suis ainsi retrouvé enrôlé dans une publicitéfilmée sur un vin fait à partir de noix de cola. Oui : de noix de cola ! Un ersatz, en somme, mais fort buvable, et quicommençait à se répandre au Nigeria depuis les brevets qu’un ami nigérian de Wole, docteur en chimie de Cambridge, avait déposé… J’en ai bu, beaucoup : j’ai aimé et j’ai proposé de le dire. Nous avons aussitôt imaginé un petit scénario, que notre ami Bankole Bello a tourné. J’y jouais le Français expert qui aimait le blanc sec servi par un collègue du campus et demandait sa provenance, sûr d’avoir affaire à un Chablis : eh bien non, c’était un vin nigérian et cela pouvaittromper même un Français… Nous passâmes quelques soirées à tourner cette saynette dans la belle maison de Wole, en lisière du campus, à l’orée de la forêt. Notre homme est chasseur et la brousse voisine est peuplée d’antilopes… En 1984, il accepte que je publie des extraits d’une traduction inédite que j’avais retrouvée dans un tiroir de Présence africaine et que m’avait confiée G. Jones, qui gérait les droits étrangers de cette vénérable maison… Le traducteur était un inconnu, Etienne Galle, qui devait bientôt être largement apprécié : Wole nous laissa publier ce texte sans rien demander ; nous aurions même pu acquérir les droits de son œuvre, mais mon nouvel, et excellent, éditeur ne s’intéressait pas assez à la littérature… Le texte, extrait de Cet homme est mort, fit sensation dans le petit milieu denotre revue : j’ai souvenir des remarques admiratives et étonnées des secrétaires de rédaction ; le texte passait bien en traduction et disait des choses que l’on n’avait encore jamais dites. Deux ans plus tard Wole Soyinka recevait le prix Nobel . Ecouter et pas seulement voir Une dimension centrale de cet essai est l’attention portée à la question des langues. J’ai commencé l’étude de l’Afrique en apprenant une langue, le yoruba, que je n’ai jamais pu parler, puis une autre, l’ewe, qui m’a laissé dans lemême silence, avant de rencontrer le kiswahili et le sesotho qui m’ont paru plus familières, parce que je les ai d’abordlues. Nous apprenons souvent les langues par les yeux et mon contact oral avec les langues de l’Afrique de l’Ouest ne m’a pas permis d’en avoir la maîtrise. Il m’a fallu voir pour entendre ! Dans un continent comme l’Afrique, page blanche pendant une grande partie de notre histoire, les idées les plus fantaisistes ont circulé sur les langues locales. Comment parler de respect des cultures, sans donner une priorité aux langues de l’Afrique ? Je vois les objections et je veux éviter de tomber dans les ornières dont mes collègues des sciences sociales ont peine à s’extirper : tant de langues, laquelle choisir, etc. Je voudrais que tous mes collègues assistent à la rencontre annuelle Euroswahili qui se tient en mai à Bayreuth et en sera à sa dix-septième édition en 2004. Organisée à l’origine pour l’Allemagne et les pays de langue allemande, la rencontre est devenue européenne, mais iln’est pas d’africaniste en Allemagne qui ne connaisse au moins une langue africaine ou ne reconnaisse l’importance d’en savoir une, et pas de bantouiste qui ignore le kiswahili. Cela vaut aussi pour les étudiants. On enseigne dans toutes les grandes universités les langues de l’Afrique : à Hamburg, Berlin, Leipzig, Mayence, Cologne, Bayreuth et dans les pays germanophones comme à Bâle, Vienne ou Zurich, mais aussi à Saint-Petersbourg et à Moscou. Nous avons, en France, du mal à comprendre comment un tel contact modifie le rapport à l’Afrique chez les étudiants et les rend plus apte à comprendre d’autres sociétés parce qu’ils ont fait l’effort de comprendre une autre langue. Pendant trois jours, une centaine de chercheurs, d’étudiants, de professeurs débattent, en kiswahili la plupart du temps, de questions liées à une grande culture africaine moderne. Des débats théoriques ont lieu dans une langue africaine entre des chercheurs venus de tous les pays et au nombre desquels les Africains ne sont qu’une toute petite minorité ! Etudier une langue n’est pas forcément parler, mais partager des moments d’apprentissage, comprendre comment se fait la phrase, de quoil’échange est tissé, quels sont les concepts centraux du discours. Enfin, et pour nous ce point est important en France, ilfaut étudier les langues des autres, en français. C’est ce qu’avait compris le fondateur d’Afrique et langage, Maurice Houis. C’est aussi ce qu’il est de plus en plus difficile d’accomplir. Avant la récente méthode Assimil de kiswahili par exemple, il n’existait que les excellentes – mais introuvables ! – grammaires des Pères Blancs pour apprendre cettelangue en France : je l’ai moi même apprise à l’aide d’un manuel en anglais, d’un dictionnaire en russe et d’une grammaire en italien. On pourrait multiplier les exemples : il est impossible au Rwanda aujourd’hui de trouver un dictionnaire usuel kinyarwanda- français dans les librairies et les professeurs de ce pays « trilingue » enseignent sans dictionnaire ! Je ne saurais recommander de telles méthodes ! Cette nuance échappe souvent aux zélateurs de lafrancophonie, prisonniers des clichés dualistes (anglophonie contre francophonie) et qui ne voient pas que le domaine de la science est aussi une voie d’accès à l’Afrique. Si le rapport n’est que passionnel, l’évidence est dans le partage des émotions. Musique, danse, parure, masque, diraient tout : à quoi bon traduire ? publier des dictionnaires ?

En 1977 se tenait le festival de Lagos, Deuxième Festival mondial des Arts du monde noir. Wole Soyinka y présidait une session dans laquelle il proposait les résolutions de l'Union des écrivains des peuples africains, etnotamment celle qui a trait aux questions linguistiques : « The scholar in African society ». Le futur prix Nobel ydiscute les recommandations du Deuxième congrès des écrivains et artistes noirs tenu à Rome en I959, sous l'égide de larevue Présence africaine, où il fut recommandé de faire du kiswahili la langue de l'Afrique subsaharienne. Je m'intéresse depuis ces années, en partie sous l'influence de Wole Soyinka, à la littérature en kiswahili, qui en bonne logique devrait figurer l'avant-garde de la nouvelle littérature africaine que le futur prix Nobel appelle de ses voeux. Tel n'est pas exactement le cas, et qui connaît, en France, la littérature swahili ? Certes, deux romans (Les Girofliers deZanzibar, 1986, et Les enfants du faiseur de pluie, 1996) ont été traduits, mais c'est peu. J’ai beaucoup de difficultés à comprendre que l'on puisse revendiquer des principes et ne pas se sentir concerné par l'application que certains essaient d'en donner. Beaucoup d'écrivains africains me semblent avoir à l'égard de laproduction en langues africaines l'attitude des communistes français de naguère à l'égard de l'URSS : la patrie du socialisme réalisé ne les intéressait pas plus que les problèmes concrets de la littérature en kiswahili ne semblentconcerner nombre des auteurs de motions sur la littérature en langues africaines. Comme si les réalisations de ces auteurs n'étaient pas à la hauteur des ambitions idéales – idéalistes – des promoteurs de motions volontaristes. Le vraipost-colonialisme est sans doute la manifestation allemande Euroswahili ! La figure de l'écrivain en langues africaines suscite l'indifférence, voire la condescendance. Les marques d'intérêt qui lui sont accordées sont surprenantes : il se voit considéré comme un barde ou un transcripteur de l'oralité. De tels travestissements sont censés valoir à l'écrivain en langue africaine une meilleure place dans l'histoire de la culture : étrange avatar récurrent de Thomas Mofolo, premier romancier africain (1907), dont les oeuvres se retrouventencore dans un récent volume sur les épopées orales, après avoir figuré dans les anthologies de littérature orale ou de littérature anglophone ! Il faut se rendre à l'évidence : le personnage de l'écrivain en langue africaine en tant que sujet historique n’a pas sa place sur la scène historique et culturelle du vingtième siècle de l'histoire de l’Afrique. Il est plus incongru que dépassé, plus déplacé, voire gênant, que ringard ! La figure de Ngugi Wa Thiongo, romancier anglophone se mettant à écrire en gikuyu – exemple suivi par Boubacar Boris Diop, romancier sénégalais qui vient de publier son premier roman en wolof (Doomi Golo, 2003) après plusieurs romans en français – donne une modernité tonitruante à une pratique originale, dont les effets sont encore peu mesurés en français. Etudier les littératures en langues de l'Afrique, c'est refaire de la philologie, c'est s'intéresser aux textes, et aux langues dans leurs rapports avec le livre, avec la tradition littéraire, dans laquelle évidemment l'oralité transcrite tient une place de choix. Elle n'est pas seule à tenir la place : il y a aussi la Bible, le Coran, Maria Corelli ou Rider Haggard, Sainte Thérèse et Conan Doyle... Cela suppose donc de se demander tout ce que des intellectuels locaux, des intellectuels ruraux, « organiques », des hommes respectables et admirables, pionniers de la culture dans leur langue etleur peuple, lisaient et écrivaient. L'appropriation de l'écriture et de la littérature ne s'est pas faite qu'à Paris ou à Londres : elle a eu lieu dans les îles Ukerewe ou à Abeokuta. Seulement son histoire est encore en partie à faire. Les urgences de la politique et du développement ont fait oublier que le contenu des humanités africaines doit être aussi fait de ces formes locales d'appropriation. J’ai observé pendant les trois dernières décennies l’avancée des études francophones, c’est-à-dire la poursuite de l’enseignement du français en Afrique. Institutions, prix, projets soutiennent ces entreprises. Défendre la diversité culturelle, c’est défendre les langues et les cultures de l’Afrique, contre le français. La question se pose à Lubumbashipar exemple. Les travaux de Johannes Fabian ont montré l’importance du kiswahili au Shaba ; j’ai animé plusieurs stages d’écriture dans cette région. Mes étudiants savaient tous le kiswahili : nous avons discuté de traductions. Tous avaient appris cette langue durant leur scolarité secondaire dans les années 80, mais ils ne voyaient pas l’intérêt de continuer à la pratiquer ou à l’écrire. Or n’est ce pas une langue internationale ? Une langue interafricaine ? Tous ces débats n’ont pas de lieu dans la presse et l’université françaises, mais ils sont bien présents à l’esprit des jeunes chercheurs africains, dont on conçoit qu’ils s’interrogent sur le sens d’une pseudo-diversité toute en français, ou toute en anglais, ce qui est identique ! Africanisme et études africaines C’est précisément dans le rapport entre textes, langues, situations et personnes, que se constitue l’africanisme, parce que les études culturelles sont d’abord l’étude des relations, verbales et sociales. Le terme d’africanistique, venu de l’allemand (Afrikanistik), a un clair enracinement linguistique : celui qui étudie et parfois parle les langues de l’Afrique. La méthode est claire : ne pas séparer le travail de production et d’édition des textes, le travail proprement philologique, de l’analyse de leur situation historique et de leurs conditions d’énonciation. Je plaide ici pour ladimension humaniste des études africaines, qui dans notre pays semble avoir été oubliée. Des projets comme l’annonce récente (2003) du recrutement par l’université de Stanford d’un spécialiste du « secteur humaniste » (« Humanistic Field », sic) des études africaines paraissent fort exotique pour nous. Ce secteur humaniste est défini ainsi dans l’appel à candidatures : histoire de l’art, histoire, études religieuses, études littéraires… Voila bien une définition du
 
champ qui nous conduit à revenir sur l’oeuvre de pionniers, dont l’œuvre scientifique, toujours actuelle, s’est construiteà partir de l’Afrique : Dietrich Westermann, Melville Herskovits et Georges Balandier. Dietrich Westermann (1875-1956) est sans doute le plus grand africaniste de la première moitié du vingtièmesiècle. Missionnaire au Togo (1900-1905), colonie allemande avant la première guerre mondiale, il apprend l’ewe, rédige une grammaire et commence un dictionnaire qu’il mettra près de quinze ans à achever. Il entreprend aussi une œuvre de linguiste comparatiste, classe les langues de l’Afrique et milite pour leur description systématique et leur comparaison. Il ne sépare pas le travail africaniste d’une défense des civilisations africaines, et il voit dans la culture ewe l’une des grandes cultures de l’Afrique. Pour lui, la linguistique mène à l’anthropologie et au développement. Premier président de l’Institut international africain, il incite vivement les Africains à écrire leurs langues. C’est ainsi qu’un pasteur de Ho, au Togo britannique, Kwasi Fiawoo , écrit en 1937 la première pièce de théâtre publiée dans une langue africaine, Toko Atolia (« La cinquième lagune »), traduite peu de temps après en allemand et en anglais. D. Westermann essaie aussi, à sa manière, de combattre les idées racistes qui se diffusent en Allemagne. Il publieAutobiographies d’Africains, ouvrage dans lequel il donne la parole à des intellectuels, des écrivains, des hommes d’Eglise africains, pour qu’ils racontent leur itinéraire. Cet ouvrage, traduit en français en 1943, a été récemment réédité au Togo (2001). Professeur à l’université de Berlin, il demeure à son poste, alors que son fils, pasteur, sera interné dans un camp pour antinazisme. Il part à la retraite en 1953. D.Westermann est le vrai fondateur de lalinguistique africaine moderne. Disciple de Meinhof, il a dépassé son maître par l’ampleur de ses intérêts comparatistes et par son influence internationale. L’ouvrage qu’il rédige avec D. Baumann, Les Civilisations de l’Afrique, paru en 1948, est justement salué comme inégalé dans la recherche africaniste française de la même époque8. Il incarne une approche de la linguistique qui part de la description, mais se fixe pour but la mise par écrit, la traduction, l’entrée dans le monde de l’écriture, de l’alphabétisation, et donc un certain type de développement. Il a ouvert la voie à l’anthropologie linguistique, mais aussi à la fixation et à la littérarisation des langues africaines. Melville Herskovits (1895-1963), fondateur de l’Association américaine d’études africaines (1957) et du premier programme d’études africaines aux Etats-Unis, celui de l’université Northwestern en 1958, est l’un des maîtres de l’anthropologie moderne. Il a rédigé une thèse sur le royaume d’Abomey, avant de s’intéresser à l’apport africain au Nouveau Monde, qui donnera lieu à son ouvrage le plus célèbre : The myth of the Negro past (1941, traduit par L’héritage du noir). Lui aussi veut combattre les préjugés qui enferment les Noirs, américains notamment, dans un statut subalterne. La voie de l’anthropologie culturelle et la notion de relativisme culturel qu’il développe est un moyen puissant pour modifier les mentalités. Son travail théorique a été rassemblé dans un ouvrage, Man and his works (1948) intitulé en français Les bases de l’anthropologie culturelle (1960). Les concepts qu’il y propose, comme ceux de réinterprétation et d’acculturation, sont toujours acceptés aujourd’hui, parfois sous des noms différents, par exemple celui de transfert culturel . La tradition des études africaines inaugurée par Melville Herskovits à Northwestern University est toujours vivante à l’occasion des conventions annuelles de l’African Studies Association (ASA), qui rassemblent des milliers de chercheurs, et auxquelles participent parfois quelques chercheurs français, qui seraient bien avisés de se demander ce qui suscite ce dynamisme : l’association a été à l’origine du développement des programmes d’études africaines aux Etats-Unis. Sait-on qu’il y a aujourd’hui près de 5000 étudiants américains qui étudient en Afrique noire9, soit près de cinq fois le nombre d’il y a dix ans : que viennent-ils chercher aujourd’hui ?L’Amérique était anticolonialiste et généreuse du temps d’Herskovits et de Kennedy, au début des années soixante. Malgré la ségrégation raciale dans le Sud, malgré le Liberia, elle se considérait dégagée de toute responsabilité coloniale en Afrique : c’était pour Melville Herskovits la garantie d’une attitude scientifique plus indépendante de la part des chercheurs américains : on peut comprendre ce point de vue, sans nécessairement le partager ! Les Etats-Unis devaient connaître le reste du monde ; la loi sur la Défense (NDEA) finançait les programmes d’études africaines. Les membres du Corps de la Paix (Peace Corps) apprenaient l’ewe mieux que le français quand ils étaient au Togo. Ils allaient dans les villages alors que les volontaires du Service national (VSN), dont j’étais, enseignaient en ville et recevaient une solde plus élevée, façon comme une autre de les obliger à tenir leur rang. Nous étions sommés d’être dignes par l’attaché culturel, alors que les Américains inventaient leur propre version du costume africain : dashiki,boubou, sandale… Ils n’étaient pas moins visibles que nous, mais ils avaient bonne conscience : ils étaient plus proches d’une certaine version du peuple. De telles prétentions peuvent paraître exorbitantes. Il me semble qu’elles doiventaussi se juger à la qualité et à la quantité des travaux produits et, à cet égard, la position de Melville Herskovits, libérée de la tutelle coloniale et des carcans disciplinaires dans des centres d’aires culturelles, a suscité un très grand nombre de travaux excellents, comme en témoigne encore aujourd’hui la qualité des ouvrages présentés au prix qui porte son nom, jusqu’en 2003. J’ai participé souvent au Congrès de l’association américaine, au cours des trois dernières décennies, et je mesens autorisé à apporter mon point de vue, cela d’autant plus que j’ai ausssi assisté au congrès de 1969 qui devait voir l’association mise en cause gravement, et en quelque sorte renaître. C’était au Quebec, à Montréal, hôtel de la Reine 8E. Coulibaly , in A. Piriou et E. Sibeud (1997 : 95).9International Herald Tribune, 13 novembre 2003.

Elizabeth. Les associations françaises, japonaises étaient invitées à se joindre aux Canadiens et aux Américains. La délégation française comprenait des grands noms de l’africanisme et de la littérature africaine : il y avait YamboOuloguem, Tchikaya U Tamsi et Léon Damas. Côté universitaire : Georges Balandier, Samir Amin, Jacqueline Delange, Gérard Chaliand et beaucoup d’autres ; il y avait aussi la presse : Philippe Decraene, à l’époque chef du service africain du Monde, qui lui donna ce style si particulier de Journal officiel du « pré carré francophone ». Des étudiants participaient aussi et j’étais censé présenter une communication – une première pour moi ! – sur lenationalisme culturel, dans un atelier présidé par Janheinz Jahn, dont je critiquais vivement, dans mon texte écrit, les idées que je considérais fumeuses. J’étais un peu inquiet de ma rencontre, sur un tel thème, avec cet « africaniste »fameux, par ailleurs objet d’une grande notoriété en Amérique depuis l’édition par Random House de son livre, Muntu, déjà traduit en français (Paris, Le Seuil, 1963). Mes craintes étaient vaines : la conférence n’eut pas lieu. La conférence fut soudain bloquée par des militants noirs opposés à la guerre du Vietnam : l’association était, pour eux, un repaire de « vendus » à la CIA. De fait, la fondation Fairfield finançait des revues et des associations en Afrique, à travers leCongrès pour la liberté de la culture. Il n’y eut pas de sessions universitaires mais beaucoup de débats, de disputes, d’explications : j’ai beaucoup appris sur le sens d’un africanisme engagé en pleine guerre froide. Aujourd’hui, je ne condamnerais plus le Congrès pour la liberté de la culture ! « Liberté de la culture » : un beau programme ! Le travail de Georges Balandier sur les religions du Congo, Sociologie de l’Afrique noire, son essai autobiographique, Afrique ambiguë, ont marqué toute une génération de chercheurs qui ont trouvé dans le concept de « situation coloniale » un moyen de comprendre l’étrange dialectique entre culture et domination, dont les effetslittéraires et linguistiques nous occupent. L’Afrique a beaucoup appris à Balandier, mais, à la différence des deux auteurs précédents, il n’a pas souhaité y inscrire son œuvre institutionnelle, bien qu’il ait été l’un des fondateurs du Centre d’études africaines de l’EHESS. Inventeur du terme de « tiers-monde », il n’a pas revendiqué le terme d’africaniste. Une certaine confusion terminologique s’est ensuivie. Alors que son collègue, l’historien Raymond Mauny, militait en 1970 pour la création d’un grand institut d’Afrique, qui faisait selon lui défaut à la France – il avait raison ! –, Georges Balandier a lancé des cohortes d’étudiants dans l’étude des sociétés politiques africaines en plein changement. Seulement, dans le climat intellectuel parisien des années soixante-dix, il était théoriquement plus rentable de disserter sur les luttes de classes au XVIIIe siècle dans les royaumes africains que de faire des « terrains » aux usines Peugeot de Kaduna. Jean-Pierre Dozon explique, avec un sens aigü de l’euphémisme, combien cettehyperthéorisation a détourné de l’Afrique concrète des chercheurs « rendus assez peu attentifs aux déclinaisons proprement étatiques et nationales des intérêts français en Afrique »10. De fait, Georges Balandier a, en partie, abandonné le terrain africain à de brillants idéologues. La cause de la liberté lui était chère, et il espérait seulement que certains disciples n’arriveraient jamais au pouvoir, comme il me le dit un jour, à Bordeaux en 1973, alors que je luifaisais remarquer combien il les citait dans Sens et puissance ! La catégorie universalisante de l’économie a, pour reprendre l’analyse pertinente de J.-P. Dozon, submergé les objets de recherche, aussi bien dans l’histoire que dans l’anthropologie. L’époque suivante a été celle où la catégorie du politique a remplacé la catégorie de l’économique, avec le même dédain pour les questions culturelles… Les années Politique africaineLa création de la revue Politique africaine – « Polaf » pour les initiés –, en 1980, a été la réponse d’une génération de jeunes chercheurs, emmenés par Jean-François Bayard, aux errements théoriques que je viens de mentionner. « Sans sous estimer les contraintes résultant du faible développement et des dominations économiques, j’aimesuré à quel degré l’essentiel dépend du pouvoir. Il reste, plus que l’économie, l’intermédiaire par quoi tout se fait ou se définit, y compris dans la passivité ou le refus11». Georges Balandier a ainsi fait partager sa conviction de la« centralité » du politique à de nombreux chercheurs : beaucoup, au sein de la revue, ont compris « exclusivité », à de rares exceptions près (Jean Copans, Christian Coulon, Denis Martin)... Pour ma part, préoccupé de « textes », j’ai conçu le politique comme un pôle, situé en tension avec le culturel, informant, voire déformant (la langue de bois, l’engagement, l’art officiel) les productions culturelles. L’analyse culturelle est d’abord l’analyse de formes : lamorphologie est la base de cette anthropologie, soucieuse des formes verbales et visuelles. Les plaidoyers pour laculture, le dialogue des cultures, etc., oublient souvent de nous proposer une analyse concrète des productions culturelles des autres. Transcrire, traduire, éditer, reconstituer toute cette chaîne de production du sens est exigeant : la mise en texte du discours de l’autre est le fondement de cette pratique anthropologique. D. Westermann, avec sa passion pour la description et l’écriture des langues orales, son intérêt pour la promotion de l’ewe, était un exemple précieux. La dignité africaine passait par cette dignité des langues : il ne reculait pas devantcette forme de militantisme et cette promotion par l’écriture. L’apport de Melville Herskovits était différent et se plaçait sur le terrain du contact des cultures : la notion de réinterprétation a été essentielle dans ce travail. Les Africains, au Nouveau monde, interprétaient en termes chrétiens des figures de leurs anciennes religions ; un écrivain 10J.-P. Dozon (2003).11G. Balandier (1977: 280).

« anglophone » – Wole Soyinka, par exemple – interprétait des récits yoruba dans ses propres fictions. Les élémentsculturels n’étaient pas des morceaux d’un jeu de lego : ils se modifiaient pour s’insérer dans d’autres ensembles qui leur donnaient sens. Tout était transfert et acculturation. Rien n’était moins culturaliste – au sens de refermé sur la culture ou une culture – que l’anthropologie de Melville Herskovits. Il est vrai qu’il se tenait à l’écart des questions de pouvoir et ce fut la critique que lui adressa Roger Bastide. Seulement la centralité du politique, qui prit le relais de l’économique, en est venue à recouvrir et à occulter la question des formes culturelles dans une partie de l’anthropologie africanistefrançaise. L’africaniste français des années « polaf » est devenu quelqu’un qui ne s’occupe plus que de questions politiques. Le talent et le succès mérité de Jean-François Bayard ont donné une illustration éclatante de cette attitude. Pour beaucoup, dans cette perspective, les questions culturelles et linguistiques n’ont pas de place dans l’africanisme… Or, on ne peut distinguer les questions de francophonie de celles du pouvoir et l’on ne peut comprendre les sociétés sans connaître langues et langages religieux, tout ce que Georges Balandier avait bien montré. Dans l’équipe éditoriale de Politique africaine, j’ai essayé de maintenir ces exigences largement admises par les collègues dans la pratique éditoriale, beaucoup plus difficile à faire passer dans les pratiques universitaires ligotées dans le carcan des corporatismes disciplinaires. De plus, les catégories universalisantes monocolores peuvent fonctionner à plein dans un système totalementcentralisé comme le nôtre ! Les mécanismes du champ intellectuel français, et notamment son extraordinaire concentration à Paris, en particulier autour de la Maison des sciences de l’homme du boulevard Raspail, font que des personnalités comme Georges Balandier pouvaient jouir d’un énorme pouvoir institutionnel : à l’ORSTOM (aujourd’hui IRD), à l’ENS, au CNRS, à l’EPHE, à la Sorbonne… Ne lui échappa que le Collège de France : lesuccesseur de Gurvitch ne pouvait sans doute pas succéder à Raymond Aron. L’anthropologie politique s’est vulgarisée en science politique. Par défiance envers les entreprises politiques de la coopération et de la francophonie, linguistes et anthropologues ont abandonné le terrain aux historiens, plus assurés de leur poids institutionnel, mais ne jurant plus, à de trop rares exceptions (Jean-Pierre Chrétien, par exemple) que par l’histoire économique. L’histoire culturelle a été abandonnée. Il est étrange qu’un Anglais ait produit l’étude la plus pertinente sur l’assimilation au Sénégal12, une Néerlandaise l’histoire politique de ce pays13et une Américaine l’étude sur la culture d’une métropole aussifrancophone que Brazzaville14. Les thématiques de l’histoire culturelle ont disparu alors même que la culture française (langue, mais aussi mode, cuisine, style politique) se répandait dans une partie de l’Afrique. Le grand apport de l’anthropologie culturelle, le relativisme, a été oublié, dans la promotion de la francophonie. Les langues africaines ontété vues comme des vestiges. Anthropologie partagée et mise en texte... La connaissance s’acquiert par la conversation plus que par l’observation. Converser avec les Africains, parler leur langue ou comprendre leur version de la nôtre. Une communauté parlante est une communauté interprétante. Elledemande que le discours de l’autre reçoive le statut de texte, et non celui de donnée. Jean Rouch, dans son œuvre cinématographique et anthropologique, a constitué, sous le signe de l’anthropologie partagée, ce type de savoir appuyé sur l’échange : le texte théorique donné par Jean Rouch dans le volume sur la Notion de personne en Afrique noire(1973) est fondateur d’une autre relation à l’Afrique, dont le cinéma a été la première traduction, mais dont le théâtre, les arts de la performance, la littérature, les arts du verbe peuvent encore vivre aujourd’hui : « Cet ethno-dialogue permanent me paraît l’un des plus intéressants biais de la démarche ethnographique aujourd’hui : la connaissance n’est plus un secret volé, dévoré ensuite dans les temples occidentaux de la connaissance, elle est le résultat d’une quête sans fin où ethnographiés et ethnographes s’engagent sur un chemin que certains d’entre nous appellent déjà l’anthropologie partagée15. » Son œuvre, marquée en Afrique par ces films majeurs que sont Moi un Noir et Les Maîtres fous, est pour moi lagrande œuvre de l’africanisme français. Ce que les films nous apportent est le fruit d’une longue conversation entre filmeurs et filmés. Le travail s’inscrit dans l’histoire d’une relation : il peut être l’objet d’une connaissance. Cet apportthéorique du cinéma a une valeur générale : le produit, le film, est tout entier le résultat du processus, de la relation, dela qualité de la conversation. La révolution esthétique et politique que constitue la prise de parole d’un Africain dans un film qu’il commente en son nom propre (Moi un Noir, 1957) signale l’avènement de l’anthropologie partagée : de l’échange verbal sort un autre regard. En parlant on voit les choses différemment. Jean-Luc Godard ne s’y est pas trompé qui fait de ce film l’une des œuvres essentielles de l’histoire du cinéma16. Cette poétique de la relation est le 12M. Crowder (1968).13G. Hesseling (1985).14P. Martin (1995). 15J. Rouch (1973).16J.-L. Godard (1997).
 
premier moyen de connaissance de l’Afrique : nous sommes loin de la folie et de la passion ! Ou peut-être Jean Rouch a su théoriser sa propre passion… Pas de plus belle reconnaissance de cet apport que l’entretien entre Dobi, la jeune tchadienne, et Depardon, dans son film Afrique comment ça va avec la douleur. Dobi était l’une des héroïnes du filmLa Captive du désert, qui essaie de raconter la captivité de Françoise Claustre. Depardon a failli à sa promesse pendant longtemps en ne montrant pas son film aux villageois, ses acteurs. Il est de retour : Dobi lui fait des reproches, il est gêné, mais il y a entre eux un vrai dialogue. Une mouche se promène sur le visage de Dobi et Depardon ne cesse pas de filmer : dans la fiction il n’y a pas de mouches, mais dans des moments partagés, il y a des mouches ! Dobi, c’est Moi, une Noire, écoutée par le cinéaste. La leçon a été comprise par Depardon, mais l’apport théorique est resté trop confiné dans le domaine du cinéma, alors qu’il a une valeur générale, comme le remarque Karin Barber :« La perspective de recherche entrevue par Jean Rouch a été récemment renforcée par un fort courant théorique dans l'ethnographie américaine et les études de performance. Clifford et Marcus ontproposé que la rencontre ethnographique ne soit pas seulement participante, mais implique l'ethnographe dans une relation de collaboration, ouverte et dialogique avec ses interlocuteurs... La performance est le moyen par lequel les gens réfléchissent sur leur condition, définissent ou se réinventent eux mêmes et leur monde social, et renforcent, résistent ou subvertissent l'ordre socialdominant. Et en même temps le terrain est à sa façon une performance17. » L’africanisme, dans sa définition première, générale, ouverte aux arts et aux langues, a subsisté après les indépendances africaines dans quelques lieux hors norme comme le CNRS, en partie grâce à des individualités. Jean Rouch, Michel Leiris, Pierre Verger, Gilbert Rouget, mais aussi Simha Arom et Maurice Houis étaient au CNRS :l’originalité de toutes leurs recherches consistait en un étroit rapport entre textes et terrains, qu’il s’agisse de cinéma, demusique, de rite ou de poésie. La catégorie universalisante d’africanité n’était justement pas opératoire dans ces travaux parce la diversité des formes culturelles et musicales empêchait toute velléité de discours général.Le terme d’africanisme est opaque chez nous. Amputé dans son extension géographique des études sur l’Ethiopie et de l’égyptologie – qui, comme on le voit de plus en plus, est en relation étroite avec le reste de l’Afrique –, il est aussiprivé de plusieurs disciplines relevant de ce « humanistic field » : les études religieuses, l’histoire de l’art, l’archéologie, mais aussi les études littéraires et linguistiques, en somme tout ce qui justement constitue en partie la force des études éthiopiennes et égyptologiques. En fait, c’est un abus de langage que de considérer comme africanisme les seules disciplines des sciences sociales qui ont utilisé l’Afrique francophone comme laboratoire théorique dans les années soixante-dix. Le terme doit garder son extension interdisciplinaire et non s’appliquer seulement aux sciences sociales. Une telle restriction indue de son usage contribue, de plus, à accroitre l’isolement de la recherche française et ne correspond en rien aux dynamiques nouvelles du continent. Après tout, la créativité religieuse, culturelle, musicale, linguistique fait partie de ces apports africains qu’il convient de comprendre, voire de mettre en valeur. Pourquoi refuser alors une approche plus pragmatique, relevant des « African studies », des études africaines ?Je voudrais dans les pages qui suivent faire revenir dans le champ de nos intérêts quelques-uns des problèmes culturels de ces années, dans ma perspective propre, à travers des acteurs culturels, des lieux, des rencontres quis’ordonnent autour de cette double dimension fondatrice : celle de la conversation et du terrain, celle de l’édition et des textes. Après les catégories universalisantes de l’économie dans les années soixante-dix, puis du politique dans les années « Polaf », la décennie suivante, je crois qu’il faut en revenir aux questions culturelles, en les abordant d’une manière neuve en termes de dialogue, de relation, en termes de performance culturelle. Des travaux originaux issus de cette approche renouvellent les perspectives de l'anthropologie culturelle, comme le livre remarquable de Kelly Askew sur la Tanzanie, Performing the nation: Swahili music and cultural politics in Tanzania (Chicago, 2002) :« Peut-être n'est-ce pas une coincidence si la Tanu débordait de poètes, de danseurs, de musiciens et d'artistes. Et peut-être cela a-t-il quelque rapport avec le fait que la Tanzanie – malgré contradictions et défis – a réussi comme nation là où où beaucoup de ses voisins ont échoué18. » Un imaginaire national, contradictoire, cacophonique, est clairement à l'œuvre en Tanzanie, mais peut-être aussien République démocratique du Congo (RDC), où il expliquerait que le pays n’ait pas éclaté malgré le démembrementde l’Etat : cet imaginaire a un effet politique. Pourquoi certaines sociétés tiennent-elles ensemble, malgré l’effondrement des Etats ? Toute une série de travaux récents portent sur ces phénomènes culturels. Les questions de la musique, de la mode font l'objet de travaux dont les références sont à chercher dans les théories de la performance, c'est-à-dire de la mise en scène d'actes de langage, voire leur effet imaginaire : le texte représenté, énoncé, tel est notre objet de recherche. A la vision holiste du culturalisme, les études de performance substituent des tableaux de la société 17K. Barber, in K. Barber, J. Collins et A. Ricard (1997: xii).18K. Askew (2002 : 290).

faits de multiples actes poétiques, souvent verbaux, dont l'effet social et politique est bien une « performance » culturelle et politique. Elles n’oublient pas les rapports de domination culturelle et l’échange inégal des mots et des images entre le Nord et le Sud, mais elles prennent au sérieux les textes produits par les acteurs culturels, donc sociaux , du Sud. L'oeuvre de Johannes Fabian19, non traduite en français, alors qu'elle porte en grande partie sur le Congo, nous apparaît centrale dans cette recherche, tout comme celle de Karin Barber sur les Yoruba20ou celle de David Coplan sur les Basotho21. Tous ces travaux conduits depuis plusieurs décennies ont renouvelé l’approche des questions culturelles, mais sont restés trop ignorés en France. Le décalage croissant entre les perspectives de ces chercheurs, qui ont renouvelé les études africaines, et l’ignorance française de ces questions, est un sujet d’étonnement et d’inquiétude pour moi : il s’agit d’une forme d’exception culturelle qui n’est en fait qu’un provincialisme germanopratin détestable. Ces travaux constituent le nouveau socle théorique de mon projet, et à mon sens la véritable descendance de D.Westermann et de Melville Herskovits : Karin Barber a reçu le prix Herskovits en 2001 pour son livre The generation of plays. La clé de l'analyse est ici dans l'étude du dialogue et de la relation. Seulement, comment s'y prendre ? La réponse de Karin Barber, de Johannes Fabian et de David Coplan, qui est aussi la mienne, porte un nom : la production et l'étude de textes. Il peut s’agir d’une œuvre picturale, d’un récit de vie, d’une transcription d’entretien. Le point commun méthodologique est l'édition de textes, recueillis sur le terrain, soit enregistrés et transcrits, soit manuscrits, voire publiés et édités. J’ai la faiblesse de penser que cette méthode d’analyse a été délaissée : les recueilsde contes, par exemple, ont servi à illustrer des modèles structuraux ou à constituer des recueils de phonèmes : très peu de textes dans l’anthropologie française ont mis en situation de discours l’Afrique contemporaine, à la façon de Rouch. Les travaux du groupe de Geneviève Calame-Griaule ont porté sur le conte et se sont trop tenus à l’écart de l’Afrique d’aujourd’hui. Où trouver par exemple un recueil de chansons congolaises, transcrites et traduites en français ? On saitque Karin Barber a travaillé sur les Oriki, les devises des Yoruba, avant d'éditer et d'analyser un corpus théâtral ; Johannes Fabian a commencé par éditer les textes produits dans le mouvement religieux de la Jamaa qui suivait les intuitions du père Tempels, auteur de la Philosophie bantoue. Ensuite, Johannes Fabian a édité une pièce de théâtre produite autour d'un proverbe par un groupe de Lubumbashi, Mufwankolo. Aussi bien dans le cas du théâtre yoruba que dans le cas de Mufwankolo, il s'agit de spectacles oraux, dont la mise par écrit relève de l'ethnographe. Cette mise en texte n'est pas une fabrication : elle est seulement l'actualisation de cette textualité virtuelle dont le travail oral nous donne des exemples. De plus, le premier texte édité par Johannes Fabian était en fait le corpus écrit des notes du groupe religieux. Enfin, David Coplan a enregistré et commenté les chants de mineurs sotho. Aussi bien chez les Yoruba que chez les Lushois – gens de Lubumbashi – ou chez les Basotho, que ce soit en yoruba, en kiswahili ou en sesotho, nous avons des textes de l'Afrique contemporaine qui sont les produits de ces performances culturelles, par lesquelles les « gens » réfléchissent sur leur condition, se définissent et se réinventent à l'intérieur de leur monde social. Réfléchir sur la performance, la conversation, le dialogue, c'est d'abord éditer des textes, les commenter, les interpréter. La discipline philologique ressurgit là où l'on ne l'attendait pas : sur le terrain del'ethnographie de la performance ! Je peux aussi considérer que les travaux de Westermann et d'Herskovits, en particulier ont été en partie des travaux d'édition : j'ai mentionné le livre Autobiographie d'Africains, qui met en texte des expériences de vie et invente le genre du récit de vie. D. Westermann voulait donner la parole aux Africains, montrer la diversité de leurs trajectoires et il a produit ces textes. Herskovits s'est intéressé à la culture du royaume d'Abomey et il a organisé le recueil de tous les récits dahoméens, A Dahomean narrative (1966). Tentative pionnière par son ampleur et par la qualité de l'analyse appuyée sur la connaissance ethnographique, à laquelle manque cependant la reconnaissance de la relation impliquée dans le processus de transcription-traduction. L’Afrique offre une spécificité importante pour notre propos : d’avoir été connue et conquise au moment où l’évolutionnisme s’imposait comme théorie scientifique, et donc de s’être vue tout de suite rangée au dernier échelon de l’humanité. Langues, religions, pratiques ont été comprises en fonction de ce schéma interprétatif dont nous avons du mal à nous déprendre. Un projet cohérent de connaissance de l’Afrique unit la démarche anthropologique, sa pratique du terrain, la méthode de l’entretien à la tradition philologique d’édition et de commentaires textuels. De plus, dans maperspective, l’auteur et l’œuvre sont des unités d’analyse que l’on ne peut évacuer. Tel est pour moi le sens d’une démarche africaniste, dont je prétends qu’elle n’a rien à voir avec le culturalisme, non plus qu’avec une quelconque science sociale (au singulier ou au pluriel), mais qu’elle fonde un élargissement des disciplines des Humanités vers un nouveau continent qui a tout l’avenir devant lui. Le grand moment des enquêtes orales est passé : aujourd’hui, les spécialistes des études de textes peuvent aussi trouver en Afrique un terrain pour leur disciplines. Il ne s’agit donc pas de rechercher l’africanité, mais de prendre acte du mépris dans lequel l’Afrique a été tenue, de l’ignorance dont elle estl’objet, des lacunes de nos connaissances, et de répondre à cette situation par une pratique du terrain, entendue commel’état d’esprit qui fait préférer la conversation au questionnaire ! La conversation, puis la transcription, produit les 19J. Fabian (1971 ; 1990 ; 1997).20K. Barber (1991 ; 2000). 21D. Coplan (1994).

documents écrits que nous pouvons éditer, commenter et interpréter. La philologie africaniste a voulu brûler les étapes au début du siècle. Meinhof croyait avoir tout compris parce qu’il n’y avait pour lui que peu à comprendre. Aujourd’hui, nous sommes mieux armés pour commenter et interpréter. Bibliographie Adam Adam Shafi, 1986, Les Girofliers de Zanzibar, Paris , Karthala, ( traduction française de Kasri ya Mwinyi Fuad, Dar es Salaam, 1978) Amselle J.-L. et Sibeud E. (dir.), Maurice Delafosse, entre orientalisme et ethnographie. L’itinéraire d’un africaniste (1870-1926), Paris, Maisonneuve et Larose, 1998. Askew K., Performing the nation : Swahili music and cultural politics in Tanzania, Chicago, Chicago University Press, 2002. Balandier G., « Littératures de l’Afrique et des Amériques noires », dans Raymond Queneau (dir.), Histoire des littératures 1, Encyclopédie de la Pléïade, Paris, Gallimard, 1955, p. 1537-1567. Balandier G., Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, PUF, 1955. Balandier G., Afrique ambiguë, Paris, Plon, coll. « Terre humaine », 1957. Balandier G., La vie quotidienne au Royaume de Kongo, Paris, Hachettte, 1965. Balandier G., Sens et puissance, Paris, PUF, 1973. Balandier G., Histoires d’autres, Paris, Stock, 1977. Balandier G., Civilisés, dit–on, Paris, PUF, 2003. Barber K., “Popular Arts in Africa”, African Studies Review, 30 (3), I987 , p. 1-79. Barber K., I could speak until tomorrow. Oriki , women and the past in a Yoruba town, Edimbourg, Edimbourg University Press et International African Institute, 1990. Barber K., Collins J. et Ricard A., West African popular theater, Bloomington, Indiana University Press, 1997. Barber K., The generation of plays, Yoruba popular life in theater, Bloomington et Oxford, Indiana University Press etJames Currey, 2000. Bastide R., « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L'Année Sociologique, vol. 21, 1970, p. 65-108 ;reproduit dans Bastidiana, n° 7-8, juillet-décembre 1994, p. 209-242. Bauman R. et Briggs C.L., « Poetics and performance as critical perspectives on language and social life », AnnualReview of Anthropology, 19, 1990, p. 59-88. Baumann H. et Westermann D., Les peuples et les civilisations de l’Afrique, suivi de Les langues et l’éducation, Paris, Payot, 1962. Bayart J.-F., L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Paris , Fayard, 1989. Bureau J., Marcel Cohen et ses successeurs, ou cent ans d’études éthiopiennes en France, Addis-Abeba, Maison des études éthiopiennes, ambassade de France en Ethiopie, 1997. Chrétien J.-P., Le défi de l’ethnisme. Rwanda et Burundi (1990-1996), Paris, Karthala, 1997. Chrétien J.-P. (dir.), Rwanda, les media du génocide, Paris, Karthala, 2002. Copans J., La longue marche de la modernité africaine, Paris, Karthala, 1998 (2e éd. augmentée). Coplan D, In Township tonight !, Musique et théâtre dans les villes noires d'Afrique du sud, Paris, Karthala, I992 (1e éd. 1985). Coplan D., In the time of cannibals. The word music of South Africa’s Basotho migrants, Chicago, University ofChicago Press, 1994. Crowder M., Senegal : a study of French assimilation policy, Londres, Methuen, date. de La Guérivière J., Les fous d’Afrique : histoire d’une passion française, Paris, Seuil, 2001. Depardon R., Afrique , comment ça va avec la douleur, film documentaire, 1996, 2h45. Dozon J.-P., Frères et sujets : la France et l’Afrique en perspective, Paris , Flammarion, 2003. Fabian J., Jamaa. A charismatic movement in Katanga, Evanston, Nothwestern University Press, 1971. Fabian J., Language and colonial power. The appropriation of Swahili in the former Belgian Congo, Cambridge, Cambridge University Press, 1986. Fabian J., Power and performance: Ethnographic explorations through proverbial wisdom and theater in Shaba, Zaire, Madison, the University of Wisconsin Press, 1990. Fabian J., Remembering the present. Paintings and popular history in Zaire, Berkeley, University of California Press, 1996. Falgayrettes-Leveau C. (dir.), Arts d’Afrique, Paris, Musée Dapper/Gallimard, 2000. Falgayrettes-Leveau C. (dir.), Parures de tête. Hairstyles and headdresses, Paris, Musée Dapper, 2003. Fiawoo K.F. « Toko Atolia », Mitteilungen der Ausland-Hochschule an der Universität Berlin, Afrikanische Studien 3, 1937, p. 1-53.

Fiawoo K.F. The fifth landing stage, trans. from Ewe by the author, Londres, Longmans, 1943. Gerhardt L., “The place of Carl Meinhof in African linguistics », Afrika und Ubersee, 78, 1995, p. 163-175. Godard J.-L., Histoire(s) du cinéma, Paris, Gallimard, 1998, 4 vol. Herskovits M., The myth of the Negro past, New York, 1941 (traduction française : L’héritage du Noir, Paris, Présence africaine, 1959). Herskovits M., Man and his works, New York, 1948 (traduction française : Les bases de l’Anthropologie culturelle,Paris, Payot, 1960). Herskovits M. et Herskovits F., A Dahomean narrative, Evanston, Northwestern University Press, 1958. Hesseling G., Histoire politique du Sénégal, Paris et Leiden, Karthala et Afrika Studiecentrum, 1985. Houis M., Anthropologie linguistique de l’Afrique noire, Paris, PUF, 1971. Jahn J., Muntu, Paris , Seuil, 1961 (traduit de l’allemand). Jewsiewicki B. (dir.), Art et politiques en Afrique noire, Association canadienne des études africaines, Safi, 1989. Jewsiewicki B. (dir.), Naître et mourir au Zaïre, un demi siècle d’histoire au quotidien, Paris, Karthala, 1993. Jeyifo B., The Yoruba popular travelling theater of Nigeria, Lagos, Nigeria Magazine Publication, 1984. Kitereza A., Les enfants du faiseur de pluie, Paris, L’Harmattan/Unesco, 1996 (traduit du kiswahili : Bwana Myombekere na Bibi Bugonoka, Dar es Salaam, 1980). Leiris M., Miroir de l’Afrique, textes sur l’Afrique rassemblés et présentés par Jean Jamin, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1996. Martin Phyllis, Leisure and society in colonial Brazzaville, Bloomington, Indiana university Press, 1995. Mauny R., Les siècles obscurs de l’Afrique noire, Paris, Fayard, 1970. Möhlig W.J.G, « Diedrich Westermann : pionnier de la recherche sur la culture ewe », in Prénom Riesz et A. Ricard (dir.), Le champ littéraire togolais, Bayreuth, 1991, p. 67-82. Mofolo T., L’homme qui marchait vers le soleil levant, Bordeaux, Confluences, 2003 (traduction française de : Moeti oa Bochabela, 1907). Osofisan F., « Discours (peu) académique : les Humanités contribuent-elles à l’humanisation ? », Politique africaine, 13, 1984, p. 65-78. Piriou A. et Sibeud E. (dir.), L’africanisme en questions, Paris, EHESS, Centre d’études africaines, 1997. Ranger T., Dance and society in Eastern Africa, 1890-1970: The Beni Ngoma, Londres, Heinemann EducationnalBooks, 1975. Ricard A., Théâtre et nationalisme, Paris, Présence africaine, 1972. Ricard A., Livre et communication au Nigeria, Paris, Présence africaine, 1975. Ricard A., L'invention du théâtre: le théâtre et les comédiens en Afrique noire, Paris/Lausanne, L'Age d'homme, 1987. Ricard A., « Les Humanités peuvent contribuer à l’humanisation ? », Politique africaine, 39, 1990, p. 124-134. Ricard A., Littératures d’Afrique noire : des langues aux livres, Paris, CNRS/Karthala, 1995. Ricard A.. Ebrahim Hussein : théâtre swahili et nationalisme tanzanien, Paris, Karthala, 1998. Rouch J., La religion et la magie songhai, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 1989 (1èreéd., 1954), suivide La notion de personne en Afrique noire (1èreéd., 1973). Rouget G., La Musique et la transe, Paris, Gallimard, 1980. Schicho W. et Ndala M., Le groupe Mufwankolo, Institut d'Africanistique et d'Egyptologie, Vienne, 1981. Smith S., Négrologie. Pourquoi l’Afrique meurt, Paris, Calmann-Lévy, 2003. Soyinka W., « Towards a true theater », 1962, reprint in Y. Ogunbiyi (ed.), Drama and theater in Nigeria, a criticalsource book, 1981, p. 457-461. Soyinka W., A dance of the forests, Londres/Ibadan, Oxford University Press, 1963. Soyinka W., The lion and the jewel, Londres/Ibadan, Oxford University Press, 1963. Soyinka W. Idanre and other poems, Londres, Methuen, 1967. Soyinka W., The man died, Londres, Rex Collings, 1972 (traduction française : Cet homme est mort, Paris, Belfond, 1986). Soyinka W., The bacchae of Euripides, Londres Methuen, 1973. Soyinka W., Poems of Black Africa, Londres, Heinemann, 1975. Soyinka W., Myth, literature and the African world, Cambridge, Cambridge University Press, 1976. Soyinka W., Ake, Londres, Rex Collings, 1984. Soyinka W., Que ce passé parle à son présent, Paris , Belfond, 1986. Soyinka W., Cycles sombres, Paris, Silex, 1987. Soyinka W., Ibadan, the Penkelemes years. A Memoir : 1946-1965, Londres, Methuen, 1994 (traduction française :Ibadan , les années pagaille, Arles, Actes Sud, 1997) . Soyinka W., The burden of memory, the muse of forgiveness, New York, Oxford University Press, 1999. Szombati-Fabian I. et Fabian J., « Art, history and society: popular painting in Shaba, Zaire », Studies in Anthropology of Visual Communication, 3 (1), 1976, p. 1-21. Verger P., Notes sur le culte des orisa et vodun, Dakar, IFAN, 1957.

Waterman C., Juju, A social history and ethnography of an African popular music, Chicago, University of Chicago Press, 1990. Westermann D., Grammatik der Ewe Sprache, Berlin, 1907. Westermann D., Ewefiala, or Ewe-English dictionnary, Berlin, Dietrich Reimer, 1928. Westermann D., A study of the Ewe language, Londres, Oxford University Press, 1930. Westermann D., Afrikaner Selbsdarstellungen Afrikanischer Eingeborener aller Bildungsgrade und Berufe und aus allen Teilen Afrikas, Essen, Essener Verlagsanstalt, 1938 (traduction française, 1943 ; nouvelle édition, Autobiographies d’Africains, Lomé, 2001).



Translations
Search
Menu
Newsletter


ARTGALLERY L'OEIL ET LA MAIN
41 rue de Verneuil 75007 PARIS
Tél. Fax. : +33 (0)1 42 61 54 10
 
Terms and conditions Legals  Website map  Contact us      
Powered by CAMUXI - Version : 4.0037 - ©2017