By continuing your visit to this site , you accept the use of cookies to provide content and services best suited to your interests.

AGALOM GALERIE D'ART PRIMITIF ART PREMIER AFRICAIN

Art Gallery the Eye and the Hand
Situation : Welcome » Important persons » Paul Rivet

Paul Rivet

Paul Rivet (1876-1958) est un ethnologue français. Il est à l'origine de la théorie selon laquelle l'homme sud-américain viendrait d'Australie et de Mélanésie.


Un grand ethnologue

Dans cette perspective, Paul Rivet fonda un grand musée d'ethnologie, le Musée de l'Homme, à Paris.

Médecin de formation, Rivet prit part à une expédition scientifique, la Seconde Mission Géodésique française, qui arriva en Équateur en 1901. À la fin de cette mission, il resta en Amérique du Sud pendant 6 ans, observant les habitants des vallées interandines. À son retour à Paris, Rivet, engagé comme assistant au Muséum national d'histoire naturelle, mit de l'ordre dans ses observations sud-américaines.

Ses notes furent publiées conjointement à celles de René Vernaus, alors directeur du Musée, en deux parties, entre 1912 et 1922, sous le titre Ethnographie ancienne de l'Équateur. En 1926, Rivet contribua à l'établissement de l'Institut d'ethnologie à Paris, où il joua un rôle-clé dans la formation de nombreux ethnologues. En 1928, il succéda à René Vernaus. Il dirige le Musée d'Ethnographie du Trocadéro (MET), rattaché au Muséum d'histoire naturelle. En 1937, le MET devient le musée de l'Homme et s'installe dans le palais de Chaillot, élevé à l'occasion de l'exposition internationale de Paris.

Dans sa théorie, Rivet non seulement affirme que l'Asie est le berceau de l'homme américain, mais aussi que des migrations se sont produites depuis l'Australie 6000 ans auparavant, et depuis la Mélanésie un peu plus tard. Son ouvrage, Les Origines de l'Homme Américain, publié en 1943, contient des arguments linguistiques et anthropologiques qui tendent à prouver sa thèse de la migration. En 1942, Rivet se rendit en Colombie et y fonda l'Institut et Musée d'Anthropologie. De retour à Paris en 1945, il renoua avec le Musée et l'enseignement, tout en poursuivant ses investigations sur l'Amérique du Sud. Ses travaux linguistiques apportèrent des éléments nouveaux sur les langues aymara et quechua. Rivet conserva des attaches affectives en Amérique du Sud, en Équateur, en raison de son mariage avec Mercedes Andrade, de Cuenca, avec laquelle il vécut jusqu'à sa mort.

Un citoyen engagé

Socialiste, Paul Rivet prit aussi des responsabilités de citoyen :

    * Il fut fondateur et président du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes le 5 mars 1934.
    * Il fut élu conseiller de Paris comme candidat unique de la gauche le 12 mai 1935.
    * Il placarde en juin 1940 en signe de protestation le poème de Rudyard Kipling, If, à l'entrée du musée.
    * Il adresse le 14 juillet 1940 une lettre ouverte à Pétain, où il écrit : « Monsieur le Maréchal, le pays n'est pas avec vous, la France n'est plus avec vous »
    * Relevé de ses fonctions par le gouvernement de Vichy à l'automne 1940, il fait partie du groupe de résistance connu sous le nom de "réseau du Musée de l'homme". Sous la menace d'une arrestation par les Allemands, il s'exile en Amérique du Sud.
    * Il est élu député socialiste à la Libération. Il démissionne de la SFIO en 1948 et rejoint l'Union progressiste.

Il est favorable à des négociations avec Ho Chi Minh pour conserver l'Indochine dans l'Union française et démissionnera de la conférence de Fontainebleau (juillet 1946). Candidat neutraliste, il est battu aux élections législatives de juin 1951 et renonce alors à la politique active. Il quittera l'Union progressiste quand elle ne votera pas l'investiture de Pierre Mendès France en juin 1954. Il va alors se préoccuper de l'avenir de l'Algérie. il signe le 21 avril 1956 dans Le Monde, " L'Appel pour le salut et le renouveau de l'Algérie française ". Il considère que l'inéluctable indépendance algérienne ne pourra être que progressive. À la demande de Guy Mollet il ira défendre les positions françaises sur l'Algérie devant l'ONU et dans les pays d'Amérique du Sud.

    * Il était également membre de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen, président du Conseil supérieur de la radiodiffusion et de la Commission française pour l'UNESCO.

Orientation bibliographique

    * Christine Laurière (2008), Paul Rivet : le savant et le politique. Publications scientifiques du Muséum national d'histoire naturelle (Paris) : 723 p. (coll. Archives 12) (ISBN 978-2-85653-615-5).




Translations
Search
Menu
Newsletter


ARTGALLERY L'OEIL ET LA MAIN
41 rue de Verneuil 75007 PARIS
Tél. Fax. : +33 (0)1 42 61 54 10
 
Terms and conditions Legals  Website map  Contact us      
Powered by CAMUXI - Version : 4.0037 - ©2017