En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.

AGALOM GALERIE D'ART PRIMITIF ART PREMIER AFRICAIN

African Art Gallery Achat Vente Expertise Art Premier
Situation dans le site : GALERIE D'ART PRIMITIF AFRICAIN » Lexique » Tombouctou
Tombouctou

Tombouctou (Timbuktu ou Tin-Buktu en tamasheq) est une ville située sur le fleuve Niger au Mali. Elle est surnommée « la ville aux 333 saints » et « la perle du désert ».

Tombouctou est aussi le nom d'une des huit régions qui composent le Mali et le gouverneur de cette région siège dans la ville du même nom.

Étymologie

Le nom « Tombouctou » viendrait du tamasheq, langue des Touareg qui auraient fondé la ville au XIIe siècle, de Tin (ou Tim), qui signifie « puits» ou « lieu », et de Bouctou, nom donné à la femme présente à l'arrivée des Touareg, gardienne d'un puits, et qui désignerait une personne originaire d’Essouk – ce qui donne « le lieu de Bouctou ». À cette étymologie proposée par Abderrahamne es-Saâdi au XVIIe siècle dans son Tarikh es-Sudan (Histoire du Soudan), l’explorateur allemand Heinrich Barth au XIXe siècle, lui, donne une origine songhaï du mot Tombouctou qui désignerait une « dépression entre les dunes ».

Histoire

La ville a construit sa prospérité sur les échanges commerciaux entre la zone soudanaise du Sahel africain et le Maghreb. Elle eut son apogée au XVIe siècle. Sa richesse déclina lorsque les Européens ouvrirent la voie maritime pour le commerce entre l'Afrique du Nord et l'Afrique noire.
Portes de la Medersa de Sankoré

La légende (dans le Tarikh es-Soudan) rapporte que Tombouctou fut formée autour du puits d'une femme appelée Bouctou, (originaire d'Essouk) d'où le nom de la ville (Tin Bouctou, le puits de Bouctou). Les premiers campements pourraient remonter aux premiers siècles de l'histoire écrite.

Campement des nomades berbères du XIIe siècle, la ville n'apparaît cependant dans l'histoire qu'au XIVe siècle : l'empereur du Mandé Mansa Moussa y fit construire une prestigieuse mosquée, par l'architecte Abou Ishaq es-Sahéli.

Au XVe siècle, la construction par une vieille femme de la mosquée de Sankoré, qui comprenait une medersa, est à l'origine d'une université islamique de renommée internationale. Jusqu'à 25 000 étudiants fréquentèrent la ville sous le régime de Sonni Ali Ber (Sonni Ali le Grand).

Le déclin de la ville commença au XVIIe siècle avec l'instabilité politique et l'apparition de la traite des Noirs qui rapprochait le commerce des côtes.

Quelques dates

    * XIe siècle Fondation supposée de la ville par les Touaregs.
    * 1325 L'empereur Mansa Moussa commence la construction d'une mosquée prestigieuse.
    * 1328 Achèvement de la mosquée de Djingereiber.
    * 1353 Le voyageur tangérois Ibn Battûta visite la ville.
    * XVe siècle Construction de la mosquée de Sankoré, aux dimensions de la Kaaba.
    * 1458 Prise de la ville par Sonni Ali Ber, empereur songhaï.
    * 1590 Chute de l'Empire songhaï, la ville passe sous domination marocaine.
    * octobre 1591 Soulèvement de la ville, les plus illustres savants de la ville dont Ahmed Baba sont exilés à Marrakech.
    * 1630 Le chroniqueur Abderhaman Sâdi décrit sa ville dans son Tarikh es-Soudan.
    * 1760 Les Touaregs chassent les derniers Marocains de la ville.
    * 1825 L'Empire peul du Macina conquiert la ville.

Tombouctou, monument commémorant la cérémonie de "La Flamme de la Paix"

    * 1826 Le major Alexander Gordon Laing visite la ville. Pris pour un marchand d'esclaves concurrent, il est assassiné.
    * 20 avril 1828 Dissimulé sous le costume d'un lettré musulman, le Français René Caillié entre dans la ville. Son récit de voyage fait grand bruit en Europe.
    * 1844 Mort de Sékou Amadou, la ville s'émancipe.
    * 1853-1854 L'explorateur allemand Heinrich Barth passe six mois à Tombouctou.
    * 1892 Chute de la colonne Bonnier par les Touareg Ioullemiden et Igdalen après avoir occupé Tombouctou.
    * 1894 La ville est prise par les colonisateurs français.
    * 1914 Fin de la pacification des zones du Nord du Mali.
    * 1988 La ville est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.
    * 27 mars 1996 Cérémonie de la Flamme de la Paix, durant laquelle les rebelles touaregs brûlent 3 000 armes utilisées durant la rébellion.

Géographie

La ville est située au sommet de la boucle du fleuve Niger, au point où celui-ci se rapproche le plus du Sahara. Elle était reliée au fleuve par des canaux qui ne sont plus fonctionnels aujourd'hui, et est desservie par le port de Kabara, à 12 km plus à l'est.

Depuis plusieurs années, la ville est menacée par l'avancée des dunes (ensablement). Sous l'impulsion de l'UNESCO, des travaux de stabilisation des dunes ont été entrepris.

Climat

Tombouctou appartient à la frange la plus septentrionale du Sahel africain et donc à la plus aride. Les précipitations annuelles sont en moyenne de 160 mm et se concentrent durant les quatre mois d'été au moment de la mousson. Le mois d'août est le plus pluvieux avec un total de 63.5 mm, mais les pluies sont irrégulières d'une année sur l'autre. Quant aux températures, elles connaissent des variations saisonnières et diurnes importantes. En été les températures maximales dépassent les 40°C (T max=42,0°C en mai) tandis qu'en hiver les températures minimales descendent en dessous de 15 °C (T min=12,6°C en janvier). Dans ces conditions il ne peut pousser seulement qu'une maigre végétation et les cultures sont impossibles sans irrigation.
[Enrouler]Soleil couvert  Relevé météorologique de Tombouctou-altitude: 264 m-latitude: 16°43'N
Mois     Jan     Fév     Mar     Avr     Mai     Jui     Jul     Aoû     Sep     Oct     Nov     Déc     Année
Température maximale (°C)     29.6     32.9     36.3     39.4     42.0     41.4     38.5     36.7     38.2     38.7     34.6     29.9     36.5
Température minimale (°C)     12.6     14.9     18.4     22.4     25.8     27.3     25.9     24.9     24.7     22.3     17.2     13.2     20.8
Précipitation (mm)     0.4     0.3     0.0     1.1     4.3     14.7     45.2     63.5     27.4     2.4     1.3     0.3     160.9
Source : Le climat à Tombouctou (en ° C et mm, moyennes mensuelles) climate-charts.com

Démographie

Tombouctou a actuellement une population estimée à environ 32 000 personnes en 2006. Cependant, au faîte de sa grandeur au XVe siècle, la ville comptait environ 100 000 habitants dont 25 000 étudiants pour la seule université de Sankoré.

Administration

Le cercle de Tombouctou comprend les communes de Alafia, Ber, Bourem-Inaly, Lafia, Salam et Tombouctou.

Transport et économie

La ville est le centre administratif de la région du même nom. Elle abrite les principaux services publics et est aussi le siège des ONG qui travaillent dans la zone.

C'est encore un centre de négoce de produits de base, particulièrement du sel, qui est extrait des mines de Taoudeni à 700 km plus au nord et amené lors de l'Azalaï à Tombouctou. Ce transport, des plaques de sel de 40 kg[réf. souhaitée] chacune, se fait de moins en moins à dos de dromadaires, et de plus en plus à bord de camions. La ville travaille également le textile, le cuir, et divers objets d'artisanat touareg.

Centre touristique, Tombouctou abrite deux hôtels et plusieurs agences de voyages.

On y accède par avion (vol hebdomadaire, via Mopti, lorsque le nombre de passagers est suffisant ..), en voiture par une piste difficile en provenance de Douentza et en empruntant le bac pour franchir le Niger ou bien en caravane par le désert.

Un canal, qui avait disparu à cause de l'ensablement, reliait la ville directement au fleuve Niger. Le gouvernement libyen a accordé un financement pour son curage, son rétablissement est effectif depuis septembre 2007.

Culture et monuments

Tombouctou est aujourd'hui plus connue par sa légende que par les différents sites présents, cependant, différents lieux sont dignes d'intérêt. La ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1988.

Première caractéristique de la ville, le désert est très proche des premières maisons. On trouve à différents endroits plusieurs zones de culture en terrasse, disposées en entonnoir autour d'un puits ou d'un point d'eau. Ces puits de Bouctou sont un bel exemple de culture dans un environnement difficile. L'ensemble des maisons est construit en banco mais à Tombouctou le crépi est remplacé par un parement en pierres. Les trois mosquées de la ville, Djingareyber, Sidi Yahiya et Sankoré, sont la mémoire de l'apogée de la ville. Seule la première se visite. On peut aussi visiter les restes des maisons qui abritèrent René Caillé, le major Alexander Gordon Laing et le docteur Heinrich Barth, dont certaines ont été transformées en musée.

Une place abrite le monument "de la Flamme de la Paix" qui symbolise la fin de la rébellion touarègue, le 26 mars 1996. La cérémonie commémorative a lieu tous les ans.

En 2007, Tombouctou a également été en compétition pour obtenir le titre de Merveille du Monde moderne, mais elle n'a pas été retenue dans le choix final.

Les manuscrits de Tombouctou

Le vrai trésor de Tombouctou est constitué par un ensemble de près de cent mille manuscrits détenus par les grandes familles de la ville. Ces manuscrits, dont certains datent de l'époque pré-islamique remontant au XIIe siècle, sont conservés depuis des siècles comme des secrets de famille. Ils sont pour la plupart écrits en arabe ou en fulani, la langue peule, par des savants originaires de l'ancien empire du Mali et contiennent un savoir didactique notamment dans les domaines de l'astronomie, de la musique, de la botanique… Des manuscrits plus récents couvrent les domaines du droit, des sciences, de l'histoire (avec d'inestimables documents comme le Tarikh es-Sudan de Mahmoud Kati sur l'histoire du Soudan au XVe siècle et le Tarikh el-Fetash d'Abderahmane Es-Saad au XVIIe siècle), de la religion, du commerce. Le centre de documentation et de recherches Ahmed-Baba (Cedrab), fondé en 1970 par le gouvernement avec l'aide de l'UNESCO, recueille certains de ces manuscrits pour les restaurer et les numériser. Si déjà plus de 18 000 manuscrits ont été collectés par le seul centre Ahmed Baba, on estime qu'il existerait jusqu'à 300 000 manuscrits dans l'ensemble de la zone touarègue. Environs 60 à 80 bibliothèques privées existent aussi dans la ville, parmi lesquelles la bibliothèque commémorative Mamma Haidara et la bibliothèque Mahmoud-Kati. Couvrant l'ensemble des domaines du savoir, les manuscrits sont menacés par les mauvaises conditions de conservation et surtout par le trafic dont ils sont l'objet au profit de riches collectionneurs occidentaux.

L’Institut des hautes études et de recherche islamique Ahmed Baba, ont été inauguré en janvier 2009 par le président malien Amadou Toumani Touré, le président sud-africain, Kgalema Motlanthe et son prédécesseur Thabo Mbeki. Le coût des travaux d’un montant de 2 5 milliards de francs Cfa ont été financé par L’Afrique du Sud. Construite sur la place Sankoré, sur le site de l'ancienne université Sankoré, les locaux de 4 800 m² comprennent notamment un amphithéâtre de 500 places, une salle de conférence de 300 places et une bibliothèque.   

Manifestations culturelles

Le Festival au désert se déroule chaque année à Essakane à deux heures de piste de la ville de Tombouctou au mois de janvier.

Citations

    * « Le sel vient du Nord, l'or vient du Sud, l'argent vient du pays des Blancs mais la parole de Dieu, les choses saintes, les contes jolis on ne les trouve qu'à Tombouctou. » – Affiché au centre Ahmed-Baba.
    * « Ô toi qui vas à Gao fais un détour par Tombouctou. Murmure mon nom à mes amis et porte-leur le salut parfumé de l'exilé qui soupire après le sol où résident sa famille, ses amis, ses voisins. » – Ahmed Baba (1556-1627).




Traductions du site
Recherche
Menu
Lettre d'information


ARTGALLERY L'OEIL ET LA MAIN
41 rue de Verneuil 75007 PARIS
Tél. Fax. : +33 (0)1 42 61 54 10
 
Conditions générales de vente Mentions légales  Plan du site  Contact      
Site créé avec CAMUXI - Version : 4.0037 - ©2017